En ce moment
 
 

Le corps retrouvé dans une valise à Cerfontaine en 2019 a finalement été identifié

Le corps retrouvé dans une valise à Cerfontaine en 2019 a finalement été identifié
© RTL INFO
 
 

Le corps retrouvé dans une valise en avril 2019 à Cerfontaine a finalement été identifié. Il s'agit d'un homme qui avait disparu six ans auparavant. Celui qui l'avait assassiné avait avoué les faits et avait été condamné, mais le corps de sa victime restait introuvable. C'est finalement une comparaison ADN qui a permis de mettre un point final à cette enquête.

La victime s'appelait Youness Bizrane. Il avait disparu en 2013. D'origine marocaine, il était sans papier en Belgique. Un statut précaire qui a fortement compliqué l'enquête judiciaire. Nous savons désormais que c'est son corps qui a été trouvé à l'état de squelette dans une valise à Cerfontaine. La découverte a été faite en avril 2019 le long de la nationale reliant Philippeville à Cerfontaine. "J'ai vu un crâne se retourner. C'est là qu'on a vu que c'étaient des restes humains", explique Claude, ouvrier pour le Service public de Wallonie, qui a trouvé la dépouille à l'époque.

Cela a pris du temps car toute la famille vit au Maroc et les comparaisons ADN n'ont pas pu se faire à cause des mesures corona

L'auteur du meurtre est Ruben Mens, un ami et colocataire de Youness. En 2016, il avait été condamné à 25 ans de prison alors que le corps de la victime n'avait pas encore été retrouvé. "Avec l'appui de la cellule des personnes disparues et une recherche ADN étendue, nous sommes sûrs à 100% de l'identité. Cela a pris du temps car toute la famille vit au Maroc et les comparaisons ADN n'ont pas pu se faire à cause des mesures corona. Nous sommes heureux d'avoir pu réaliser cette avancée", réagit Kristof Aerts, porte-parole du parquet d'Anvers.

"La famille avait beaucoup de questions restées sans réponses. Maintenant qu'ils savent qu'il s'agit bien de leur fils, je crois que cette incroyable incertitude est levée", s'exprime Bart d'Haene, l'avocat de la famille de Youness Bizrane.


 




 

Vos commentaires