En ce moment
 
 

Le premier procès Habran était un des plus longs de l'Histoire

 
 

Le premier procès de Marcel Habran et consorts devant la cour d'assises de Liège avait duré exactement 6 mois et représentait l'un des plus longs procès de l'histoire judiciaire belge. Il avait été marqué par les révélations des témoins protégés de la Justice.
 
Entamé le 3 septembre 2008, le procès de Marcel Habran et consorts s'était achevé le 3 mars 2009 avec la condamnation des principaux protagonistes du grand banditisme liégeois. L'enquête avait duré plus de 10 ans depuis le premier fait représentatif de ce dossier qui s'était déroulé à Waremme le 12 janvier 1998, lorsqu'un fourgon de la Brinks avait été attaqué avec des armes de guerre. Deux convoyeurs avaient été abattus.

L'enquête avait été élucidée, dans sa plus large partie, grâce aux révélations fournies par des témoins protégés. La Justice belge n'avait encore jamais eu recours à ce système de témoignage et de protection particulière pour lequel une loi avait été votée en 2002.

Rolando Cerri, Bejtulah Cej, Didier Singleton et Hata Prekopuca avaient bénéficié des avantages liés à ce statut inédit (dont l'assurance de bénéficier d'une nouvelle identité et des moyens nécessaires pour se construire une nouvelle vie) avant de comparaître entourés des mesures de sécurité les plus strictes lors de leur témoignage devant la Cour. Seul Didier Singleton, décédé avant le procès, n'avait pu témoigner.

Au final, 21 faits criminels composaient un dossier de 110.000 pages réparties en 121 cartons. Plus de 500 témoins ont été entendus durant les 6 mois consacrés à ce dossier par la cour d'assises de Liège. Près de 120 journées d'audience se sont déroulées dans une salle spécialement réaménagée pour la cause et avec des conditions de sécurité encore jamais instaurées pour un procès de ce type.

Un seul autre procès avait jusqu'alors mobilisé la Justice belge sur une période aussi longue. Il s'agissait d'un autre procès de grand banditisme comprenant de très nombreux faits. Selon les sources les plus fiables recueillies du côté du parquet fédéral et de la police, le coût du premier procès de Marcel Habran et consorts avait avoisiné les 5 millions d'euros.

Un jury de 24 personnes avait été constitué pour répondre à un questionnaire de 242 pages comprenant 415 questions. La délibération s'était déroulée dans un hôtel où un étage entier avait été réservé et sécurisé.

L'arrêt, reprenant les condamnations de 9 des 11 accusés pour 9 des 21 faits initiaux, n'avait pas été motivé sur les raisons pour lesquelles les jurés avaient retenu des culpabilités. Après l'arrêt Taxquet, différents avocats avaient formulé cette demande. Elle avait été rejetée par la cour.





 

Vos commentaires