En ce moment
 
 

Le procès de Jean-Gabriel Matterne débute ce lundi: l'architecte montois est accusé d'avoir assassiné sa maîtresse enceinte de lui

Le procès de Jean-Gabriel Matterne débute ce lundi: l'architecte montois est accusé d'avoir assassiné sa maîtresse enceinte de lui
©Belga

Ce sont sept hommes et cinq femmes qui seront chargés de juger, dès le lundi 13 mai, Jean-Gabriel Matterne (49 ans) devant la cour d'assises du Hainaut à Mons. L'architecte montois, qui vit à Genappe, est accusé d'avoir assassiné sa maîtresse, Tay Cruz, dix ans plus jeune que lui, le 8 mai 2017 à Brunehaut, près de Tournai. Cette Brésilienne, active dans la prostitution, était sa maîtresse. Elle était enceinte de ses oeuvres depuis quatre mois. Un homme et une femme sont jurés suppléants.


Le numéro de série des prothèses mammaires de la victime a permis de l'identifier
 

Le 8 mai 2017, un garde-chasse de la commune frontalière de Brunehaut, près de Tournai, découvrait un corps calciné dans un fossé dans un bois. Le feu avait été bouté sur place. Le numéro de série des prothèses mammaires de la victime a permis de l'identifier lors de l'autopsie. Il s'agissait de Tayrink Ludmilla Cruz, née le 30 octobre 1980 au Brésil.

Cette jeune femme était en séjour illégal mais elle occupait un appartement situé le long de la rue Winston Churchill à Uccle, dont le loyer était payé par Jean-Gabriel Matterne, son amant, architecte d'intérieur dans le Brabant wallon. Lors de l'autopsie, les médecins légistes ont constaté que Tay était enceinte de quatre mois.


Il l'a étranglée, a déposé le corps dans un fossé et a bouté le feu

Selon ses proches, le père, Jean-Gabriel Matterne, aurait souhaité qu'elle avorte car il menait une double vie. Il est marié et père de trois enfants. Lors de l'enquête, l'accusé a déclaré qu'il avait drogué la jeune femme avec des somnifères avant de l'emmener en voiture. Il s'est arrêté en bord de frontière et l'a étranglée dans la voiture avec un câble électrique. Il a ensuite déposé le corps dans un fossé et a bouté le feu après l'avoir aspergé d'essence. Le crime a eu lieu quelques heures avant la découverte du corps.

Le procès sera présidé par Jean-Francis Jonckheere. Ingrid Godart est avocat général. La défense sera assurée par Me Cédric Vergauwen et Me Walerand Godbille.

Vos commentaires