En ce moment
 
 

Le TAP dira le 30 septembre si Michel Lelièvre peut quitter la prison d'Ittre

Le TAP dira le 30 septembre si Michel Lelièvre peut quitter la prison d'Ittre

(Belga) Le tribunal de l'application des peines (TAP) a examiné, mardi, la demande de Michel Lelièvre d'être placé sous surveillance électronique, voire d'être libéré sous conditions. "La décision sera rendue le 30 septembre", a indiqué à la sortie de la prison d'Ittre l'avocate de l'ancien complice de Marc Dutroux, Benjamine Bovy.

Après être intervenu au début de l'audience, Jean Lambrechts, le papa d'Eefje, a regretté devant la presse de ne pas avoir été regardé ni avoir reçu un mot de la part de Michel Lelièvre. Il a plaidé pour que le condamné aille à fond de peine. Mais selon Me Bovy, son client ne pouvait de toute façon pas adresser la parole aux victimes dans le cadre de la procédure: "je crois que M. Lelièvre a tenté d'avoir l'attitude la plus respectueuse possible mais il ne sait juste pas quelle attitude adopter". "Il a un suivi psychologique depuis des années et une psychologue en particulier a réussi à le bousculer. Il est éminemment conscient de tout le trouble et de toute la peine que sa libération pourrait infliger aux victimes et à la population. Mais il est détenu depuis 23 ans. Il y a un fond de peine qui arrivera; un jour Michel Lelièvre sortira quoi qu'il arrive", a rappelé Benjamine Bovy. Pour son avocate, le Michel Lelièvre d'aujourd'hui n'est plus celui de l'époque des faits "abominables" qu'il a commis. Il sait qu'il trouvera difficilement un emploi à sa sortie de prison mais il a suivi des formations dans ce but et espère juste poursuivre sa vie "sans faire de vague", a ajouté Me Bovy. Sa demande de surveillance électronique ou de libération sous conditions ne sera pas exécutoire immédiatement, mais uniquement le jour où Michel Lelièvre aura effectivement un logement. (Belga)

Vos commentaires