Le député Van Eyken, prévenu d'assassinat, face au juge: les parents de la victime citent les INVRAISEMBLABLES ratés dans ce procès

Lundi, un député et ex-bourgmestre de Linkebeek comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Christian Van Eyken, et sa compagne, Sylvia Boigelot, sont poursuivis pour l’assassinat du mari de cette dernière. Les faits remontent au mois d'août 2014. Un dossier qu'on pourrait qualifier de "maudit", tant les retards et les incidents de procédure se sont accumulés.

Le procès de Christian Van Eyken et de Sylvia B. débutera lundi devant la 90e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles. Ils ont soupçonnés d'avoir organisé l'assassinat du mari de Sylvia B., Marc Dellea. L'homme avait été tué d'une balle dans la tête à son domicile. A l'époque, Sylvia B. entretenait une relation extra-conjugale avec son patron, Christian Van Eyken. C'est notamment pour cela que les soupçons se sont tournés vers eux.


Une liste impressionnante de couacs: "Ca installe le doute"

Premier couac dans cette affaire: alors qu'il est arrêté, Christian Van Eyken est relâché, deux jours plus tard. En effet, son mandat d'arrêt n'était pas signé. "A mon avis, c'est parce que cet homme était parlementaire qu'on l'a libéré", soupçonne la mère de Marc Dellea.

Ensuite, d'autres problèmes sont survenus. A deux reprises, les parents de Marc Dellea sont convoqués l'après-midi à des audiences qui ont eu lieu... le matin. Ils s'en plaignent par mail, mais l'adresse indiquée sur la convocation n'existe pas. "Evidemment, ça introduit un certain doute. On ne comprend pas bien comment la justice fonctionne", dit le père de Marc Dellea.

Puis, une date de procès est fixée. Mais, la défense de Christian Van Eyken obtient un report. En effet, les avocats disent qu'ils ne peuvent pas consulter des pièces à conviction essentielles. La raison? Le matériel informatique de la justice est obsolète. "Nous sommes dans la capitale de l'Europe et on n'a pas le support pour pouvoir lire un CD ou un DVD!", s'insurge le père de la victime.

Les parents de Marc Dellea n'en peuvent plus. Mais pourtant, ils croient encore en la justice. "Il faut y croire... Sinon, on fait justice soi-même? ce n'est pas possible", dit la mère de Marc Dellea.

Qui a tué leur fils et pourquoi? Comment expliquer cette cascade d'incidents à peine croyables dans ce procès? Les parents de Marc Dellea veulent des réponses. "Il n'y a rien de pire dans la vie que d'être dans le doute. Est-ce que c'est le hasard? Est-ce que ça ne l'est pas?", questionne le père de Marc Dellea.

Vos commentaires