Les funérailles du cardinal Danneels se déroulent dans une église pleine à craquer: une lettre du pape François a été lue

  • Funérailles du cardinal Danneels en la cathédrale de Malines

  • Les funérailles du cardinal Danneels s''achèvent à Malines

  • Les funérailles du cardinal Danneels ont débuté dans une église pleine à craquer

 

Les funérailles du cardinal Danneels, décédé la semaine dernière à l'âge de 85 ans, ont débuté vendredi vers 11h en la cathédrale Saint-Rombout de Malines, pleine à craquer. Plus de 800 sympathisants et 175 membres du clergé sont venus lui rendre un dernier hommage. Une lettre du pape François a été lue en début de cérémonie.

Godfried Danneels "a été un bon berger durant toutes ces années", a confié vendredi l'actuel archevêque Jozef De Kesel lors de son homélie durant les funérailles du cardinal en la cathédrale Saint-Rombout de Malines. Le défunt a dirigé l'Église catholique belge à un moment "charnière tant pour l'Église que pour la société", selon l'orateur. "Il n'était pas facile d'être à la fois guide et berger, mais il l'a été avec courage et autorité."

"Le cardinal avait le don de la parole", s'est souvenu Mgr De Kesel durant l'homélie. "Par cette parole, parlée et écrite avec tant de passion, il a touché le coeur de beaucoup. Grâce à cette parole, il nous a toujours conduits à la source."

Godfried Danneels n'avait pourtant pas de nostalgie du passé, selon l'archevêque de l'archidiocèse de Malines-Bruxelles. "Fidèle au Concile Vatican II, il était fondamentalement convaincu de la nécessité d'un renouveau et d'une réforme dans l'Église, tant à sa tête que parmi ses membres", a encore déclaré Jozef De Kesel, qui a également mis en avant le dialogue interreligieux mis en place par le défunt. À la fin de l'homélie, l'archevêque a brièvement abordé le sujet difficile des abus commis par le clergé. "Lorsque sa biographie a été présentée il y a quelques années, il a pris la parole publiquement pour la dernière fois. À cette époque, l'Église avait déjà été confrontée au péché et à la faiblesse par des abus dans son propre cercle. Et même à ce moment-là, il a déclaré: 'Là où j'ai échoué, je compte sur le pardon de Dieu'. C'est notre prière aujourd'hui."

La foule comptait également dans ses rangs le Roi et la Reine, Kris Peeters, Koen Geens, Pieter De Crem, les présidents de la Chambre, du Sénat, du Parlement flamand, la gouverneure de la province d'Anvers, le bourgmestre de Malines et un représentant du pape. On note aussi la présence de l'ancien recteur de la KUL, Rik Torfs, du président du CD&V Wouter Beke et des représentants des communautés orthodoxe, juive et islamique.


 
 
 
 

Vos commentaires