Les polices belge et française évacuent un barrage de gilets jaunes à la frontière

Les polices belge et française évacuent un barrage de gilets jaunes à la frontière

Un barrage de gilets jaunes a été levé cette nuit à la frontière franco-belge à Lamain (Tournai), sur l'autoroute A8. L'opération menée par les polices française et belge a démarré vers 22h et s'est achevée quatre heures plus tard. Sur place se trouvaient notamment des braseros et des pneus embrasés. Certains manifestants étaient masqués. Les forces de l'ordre ont procédé à huit arrestations administratives.


Macron durcit le ton

Ce dimanche, le gouvernement français a affiché sa fermeté, insistant sur les quelques débordements de l'"acte VI" des "gilets jaunes", Emmanuel Macron appelant au rétablissement de "l'ordre" et son Premier ministre Édouard Philippe condamnant une "violence inouïe" et des "gestes antisémites".

En visite à N'Djaména, le chef de l'Etat a également répété "assumer" le recul sur la taxe carbone et les mesures décidées (dont la défiscalisation des heures supplémentaires ou exonération élargie de la hausse de CSG pour des retraités) comme une réponse à "la demande juste, la colère juste du peuple français".

Mais, a-t-il prévenu, "des économies en matière de dépenses publiques" seront faites pour en assurer le financement, alors que de nombreux "gilets jaunes" demandent une "meilleure justice fiscale".

Une chose est claire: "Il n'y aura aucune économie faite sur la défense, nos armées et la loi de programmation militaire", a assuré Emmanuel Macron, interrogé par l'AFP, au cours d'une conférence de presse au Tchad où il rendait visite aux soldats de la force Barkhane.

Ses déclarations surviennent au lendemain d'une mobilisation moins importante que lors des "samedis" précédents, marquée par quelques échauffourées avec les forces de l'ordre.

Vos commentaires