En ce moment
 
 

Meurtre de la policière Kitty Van Nieuwenhuysen en 2007: l'un de ses meurtriers est libéré sous conditions

Meurtre de la policière Kitty Van Nieuwenhuysen en 2007: l'un de ses meurtriers est libéré sous conditions
© Belga

Nourredine Cheikhni, l'un des meurtriers de la policière Kitty Van Nieuwenhuysen, s'est vu retirer son bracelet électronique, comme l'a décidé vendredi le tribunal d'application des peines de Liège. C'est ce que révèle Het Nieuwsblad.

L'homme de 41 ans avait été condamné à 30 ans de prison pour le home-jacking avec circonstance aggravante de meurtre sur la policière Kitty Van Nieuwenhuysen en 2007. Il avait été placé sous surveillance électronique en septembre 2018, après avoir passé 10 ans en détention. Il est le premier des trois condamnés à être libéré.

Nourredine Cheikhni doit néanmoins répondre à une série de conditions. Il ne peut pas être en contact avec ses victimes. Cette semaine, un incident s'est produit en prison, lorsqu'il s'est retrouvé nez à nez avec l'une d'elles, selon Het Nieuwsblad.

La libération de l'un des meurtriers suscite l'incompréhension des policiers

Le retrait du bracelet électronique de Nourredine Cheikhni provoque beaucoup d'émotion et surtout l'incompréhension au sein des policiers, indique samedi Carlo Medo, président du NSPV-SNPS, syndicat national du personnel de police et de sécurité. Ce dernier décidera dans les prochains jours si des manifestations éventuelles seront organisées.

"Kitty est un symbole pour chaque agent au service de la société", réagit Carlo Medo. Les syndicats policiers demandent depuis de nombreuses années que la violence sur les agents de police soit plus fermement réprimée. "La réglementation existe mais la jurisprudence ne suit pas assez", estime-t-il. "Et cela ne s'applique pas qu'aux policiers mais aussi par exemple aux chauffeurs de bus ou aux enseignants, à tous les représentants de la fonction publique".

Des manifestations avaient été organisées par les syndicats en septembre de l'année dernière, après la décision du tribunal d'application des peines de placer Nourredine Cheikhni sous surveillance électronique

Vos commentaires