En ce moment
 
 

Mgr Léonard en direct après 9 heures de garde à vue

Jeudi après-midi, l’archevêché de Malines et le domicile du cardinal Danneels ont été perquisitionnés par des enquêteurs. Monseigneur Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles, est intervenu en direct lors du journal télévisé de 13 heures sur RTL-TVi, pour répondre aux nombreuses questions que la situation suscite.

Monseigneur Léonard était l’invité du journal télévisé de 13 heures. Il a répondu en direct aux questions de Caroline Fontenoy, après avoir été retenu pendant 9 heures par les enquêteurs. En effet, hier après-midi, la police a mené une opération à l’archevêque de Malines, où se tenait une réunion épiscopale. Tous les évêques du pays ont été questionnés. "Comment avez-vous vécu votre garde à vue ?", entame la présentatrice. "Le plus positivement possible, c’est une question de tempérament", a répondu l’archevêque de Malines-Bruxelles.

Des mesures disproportionnées d’après Mgr Léonard " J’ai surtout pensé aux autres, et j’ai souffert pour mes confrères évêques et aussi pour tout le personnel laïc de l’archevêché qui a été "séquestré" pendant autant d’heures alors qu’il n’avait aucun rapport avec ce qui était en question, a-t-il poursuivi. Là j’ai trouvé cela peut-être excessif. De même, je regrette qu’on ait emporté des ordinateurs concernant la comptabilité et l’administration. Cela veut dire qu’une partie du personnel laïc de l’archevêché ne pourra pas être payée. Je trouvais cela disproportionné par rapport à l’objet précis de l’enquête ", a poursuivi Monseigneur Léonard. "Je réagis humainement aux modalités de la perquisition" A la question de savoir si la justice a été trop loin, Monseigneur Léonard répond toutefois qu’il pense que celle-ci a fait son devoir : " Je n’ai pas la compétence ni l’autorité pour apprécier sur le fond ce qui s’est produit hier. Mais je réagis seulement de manière humaine et affective aux modalités de cette perquisition, mais sans en contester aucunement, bien-sûr, le principe ", a-t-il expliqué. Qu’en est-il des dossiers cachés ? " On parle de dossiers cachés, qu’en est-il exactement ? ", poursuit Caroline Fontenoy. " Oui, manifestement, dans l’imaginaire des enquêteurs, il y avait quelque part dans l’archevêché une armoire dans laquelle étaient contenus tous les dossiers sulfureux de l’archevêché. Et comme nous disions que cela n’existe pas (et nous le disons parce que cela n’existe pas), et qu’on ne nous croyait pas tout à fait, et bien on est allé jusqu’à emporter toutes les archives du cardinal Danneels, jusqu’à perforer des tombes dans la cathédrale. Cela me paraissait être du roman à ce moment-là ", a-t-il répondu.

Vos commentaires