En ce moment
 
 

Nordahl Lelandais "n'a toujours pas dit la vérité", estime la mère de la petite Maëlys

Nordahl Lelandais
 
Nordahl Lelandais
 

Nordahl Lelandais a été condamné mardi à Chambéry à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre d'Arthur Noyer en 2017 après sept jours d'un procès apaisé malgré sa forte médiatisation. La cour d'assises de la Savoie n'a que partiellement suivi les réquisitions du ministère public, qui avait demandé le maximum encouru, soit 30 ans de réclusion criminelle. Elle a revanche assorti cette peine d'une période de sûreté des deux tiers, comme réclamé par la procureure générale.3

Pendant les débats a plané l'ombre de Maëlys De Araujo, 8 ans, tuée, selon lui involontairement, par ce même Nordahl Lelandais quelques mois seulement après la disparition d'Arthur Noyer. Au micro de BFMTV, la mère de la petite Maëlys s'est exprimée. "Les premiers jours du procès ont été très difficiles pour moi. En plus, ça a commencé le jour de mon anniversaire pour être plus précise… Donc ça m’a rappelé encore à quel point ma fille n’était pas là, avec moi, depuis quatre ans"a-t-elle confié. 

Tout est contrôlé et calculé chez lui.

Via les médias, Jenifer De Araujo a suivi le procès de Nordahl Lelandais pour le meurtre d'Arthur Noyer. "J'ai voulu suivre et savoir comment ça se passait, s'il allait dire la vérité, comment il se défendait. J'ai été déçue par le comportement de l'assassin de ma fille car il n'a, selon moi, toujours pas dit la vérité. C'est sa vérité à lui mais elle ne m'a pas convaincue. Il sait ce qu'il fait. Il veut se préserver et se protéger. Tout est contrôlé et calculé chez lui", souffle-t-elle. 

Après sept heures de délibéré, Nordahl Lelandais, mains jointes et chemise blanche, n'a pas bougé à l'annonce d'un verdict qui clôt sept jours d'un procès médiatisé à Chambéry. Une première étape judiciaire pour le condamné, avant son prochain procès devant les assises de Grenoble, en 2022, pour la mort de la petite Maëlys De Araujo.

"Avec ma famille, on a hâte d'y être. On va être très tendus car on va voir des images de ma fille. On va reparler de cette nuit-là, évoquer des moments tragiques. Ca va être très dur pour nous", confie la mère de la petite Maëlys.


 

 




 

Vos commentaires