En ce moment
 
 

Noyade à la carrière Gralex: barbelés, purin, tessons de bouteilles... de multiples dispositifs ont pourtant été mis en place pour repousser les intrus

 
 

Un jeune Bruxellois de 18 ans s'est noyé à la carrière Gralex à Mont-sur-Marchienne. Ce site privé, strictement interdit à la baignade, est protégé par de multiples dispositifs. Malgré cela, la zone continue d'être visitée.

Des kilomètres de clôtures et de fils barbelés entourent la carrière Gralex. Un dispositif que les propriétaires renouvelle régulièrement.

"Vous avez un bon exemple de ce qu'on a voulu faire, raconte Jean-Georges Mathieu, co-propriétaire de la carrière. On est venu un matin avec mes fils et ma soeur, on a refermé avec des barbelés comme vous le voyez (...) On a terminé vers midi. À 18h, c'était rouvert. Ils viennent avec des grosses pinces parce que si vous regardez les barbelés ont été sectionnés carrément. Donc ils viennent avec du matériel".

Les traces de passage sont multiples tout au long de la clôture. Sur le site même, là où les baigneurs s' installent, les propriétaires ont carrément brisé des centaines de bouteilles en verre pour dissuader les visiteurs. "Mais comme vous le voyez, ils ont regroupé les tessons de bouteille, de manière à se libérer des petits espaces", constate Jean-Georges Mathieu.

Les kilos de déchets ne rendent pas non plus cette plage accueillante. Des détritus qui pourraient ne plus être enlevés pour décourager les baigneurs. Des dispositifs olfactifs ont aussi été installés. "Nous avons répandu du purin d'ortie. C'est vraiment une odeur épouvantable et la dernière en date on a trouvé de l'acide butyrique, un acide qui est utilisé par les pêcheurs à la carpe, pour attirer les carpes, qui répand une odeur de vomi épouvantable", raconte Jean-Georges Mathieu. Rien n'y fait... L'eau turquoise est régulièrement prise en photo et partagée sur les réseaux sociaux attirent les curieux.

On va être obligé de transformer la beauté en autre chose 

Pendant notre tournage, nous rencontrons Maria venue directement des Pays-Bas pour prendre quelques clichés. "J'ai vu des photos sur Internet et je me suis dit cet endroit est vraiment joli. Je l'ai montré à ma maman et elle a dit 'allons-y, allons visiter ce site'", explique Maria. La vue est certes magnifique mais l'endroit est très dangereux. Ce copropriétaire est aujourd'hui complètement désemparé. "Il y a un moment où on va être obligé de transformer la beauté en autre chose et puis peut-être que ça résoudra le problème qu'on aura plus de décès comme celui d'hier parce que c'est quand même triste de voir un jeune homme de 18, 19 ans venir mourir comme ça".

Risque de chute, d'hydrocution, les dangers sont multiples... Les personnes qui se baignent dans l'eau de la carrière s'exposent à une amende de 50 à 350 euros.


 

Vos commentaires