Plus de 500 sanctions disciplinaires infligées aux policiers en 2017: voici la transgression la plus fréquente

Plus de 500 sanctions disciplinaires infligées aux policiers en 2017: voici la transgression la plus fréquente

Quelque 531 sanctions disciplinaires ont été infligées aux policiers en 2017, ressort-il du rapport annuel du conseil de discipline de la police intégrée dont fait écho la Dernière Heure, ce vendredi. Parmi celles-ci, 179 sanctions lourdes et 352 dites légères. En 2016, 578 agents de police avaient été sanctionnés.


L'usage irrégulier des banques de données

La transgression la plus fréquente en 2017 est celle de l'usage irrégulier des banques de données, et ce tant du côté francophone que du côté néerlandophone, relève la DH.

Viennent ensuite, côté francophone, le retard dans le traitement des dossiers judiciaires; l'abus d'alcool avant la prise de service; le refus ou l'abstention d'établir des rapports administratifs prévus et les faux et usage de faux".

Au nord du pays, les policiers ont surtout été sanctionnés pour l'accueil inadéquat des plaignants/victimes au bureau; les manquements à l'obligation de prester; le renvoi des plaignants venus à l'accueil sans acter leur plainte; et le manque de réserve qui leur est imposé, notamment sur les réseaux sociaux.

Le conseil de discipline tire par ailleurs la sonnette d'alarme sur un point: la trop grande disparité des sanctions entre les zones de police du pays. Les sanctions disciplinaires sont en effet plus fréquentes dans les zones vastes que dans les plus restreintes.

Vos commentaires