Pour un conflit amoureux, il finit par tirer avec une arme à feu sur son rival à Binche: la sentence est tombée

Pour un conflit amoureux, il finit par tirer avec une arme à feu sur son rival à Binche: la sentence est tombée

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné mercredi Benjamino D. à sept ans de prison ferme pour tentative de meurtre. En 2014, il avait bloqué le véhicule de son rival amoureux dans le centre de Binche et fait feu, blessant grièvement l'ami de ce dernier. Le juge a écarté toute forme d'excuse alors que le prévenu prétendait avoir été agressé en premier lieu par les deux hommes, armés d'un marteau et d'une barre de fer.


Il dépasse la voiture de son rival, la bloque et sort avec une arme

Une rivalité amoureuse entre le prévenu et Logan R. s'est conclue par des tirs par arme à feu sur l'avenue Wanderpepen à Binche, le 26 septembre 2014. Selon la version livrée par le parquet et qui a été retenue par le tribunal, Benjanino D. a dépassé le véhicule de son rival, qui était accompagné de son ami Jonathan D., et l'a bloqué. Il est ensuite descendu avec une arme au poing dans l'intention d'en découdre. Ses deux adversaires sont également descendus de leur véhicule et se sont munis d'une barre de fer et d'un marteau dans le but de se défendre. Logan R. lui a asséné un coup sur le crâne et le prévenu a tiré plusieurs coups de feu en direction de Jonathan D. qui prenait la fuite. Un projectile l'a atteint au dos, lui éclatant un rein et sectionnant l'artère hépatique.


Il prétend que c'est son rival et son ami qui l'ont agressé en premier

Interpellé, l'auteur des tirs a été renvoyé devant le tribunal correctionnel pour tentative d'assassinat sur son rival (la préméditation étant retenue) et tentative de meurtre sur la victime des coups de feu. Défendu par Me Donatangelo, Benjamino D. a déclaré avoir été agressé en premier lieu par les deux hommes et avoir tiré les coups de feu en se retournant, sans aucune intention d'homicide.


Pas de légitime défense selon le juge

Le juge a toutefois écarté cette version, estimant que le prévenu avait clairement cherché la confrontation et qu'au moment de sortir de sa voiture, il n'était pas au courant que ses adversaires étaient munis d'un marteau et d'une barre de fer.

Selon le tribunal, les tirs ne se justifient pas par la peur, le prévenu pouvant alors tirer en l'air pour faire fuir ses prétendus agresseurs. Au contraire, il s'est mis sciemment dans cette situation, de sorte que ni la légitime défense, ni la provocation ne peuvent être retenue. En revanche, le juge estime que la tentative d'assassinat sur Logan R. n'est pas établie. Vu la faible distance entre les protagonistes, il l'aurait immanquablement touché s'il avait visé. Les faits ont donc été disqualifiés en menaces. Par contre, la tentative de meurtre sur Jonathan D. est établie. Malgré le coup reçu sur le crâne, le prévenu était toujours conscient de ce qu'il faisait. Le tribunal l'a finalement condamné à sept ans de prison ferme.

Vos commentaires