En ce moment
 

Pourquoi le procès Abdeslam est-il suspendu jusque jeudi?

Pourquoi le procès Abdeslam est-il suspendu jusque jeudi?

Contrairement à ce qui était prévu, le procès de Salah Abdeslam et Sofien Ayari ne se poursuivra que jeudi devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, a indiqué la présidente Marie-France Keutgen lundi peu après 16h30, avant de suspendre l'audience.


Sven Mary, l'avocat d'Abdeslam, a demandé un certain délai afin de pouvoir étudier le réquisitoire et préparer sa défense avec son client

Le procès devait initialement se dérouler lundi, mardi, jeudi et vendredi. Sven Mary, l'avocat de Salah Abdeslam, ayant demandé un certain délai afin de pouvoir étudier le réquisitoire et préparer sa défense avec son client qui est incarcéré dans le nord de la France, il a été décidé d'éviter de faire revenir le tribunal pour les plaidoiries restantes de parties civiles mardi matin, ce qui permettra d'économiser un important déploiement de mesures de sécurité pour quelques heures seulement. Les plaidoiries restantes auront donc lieu jeudi matin et Me Mary plaidera dans l'après-midi.


Accélération de la procédure suite au refus de parler de Salah Abdeslam

Le procès qui devait s'étendre sur quatre jours jusqu'à vendredi - avec relâche le mercredi - pourrait se terminer dès jeudi. L'accélération de la procédure s'explique en partie par le refus de Salah Abdeslam de répondre aux questions. "Il n'est pas exclu que les débats aillent plus vite que prévu, tout dépendra de l'attitude des prévenus", avait averti juste avant l'ouverture du procès Luc Hennart, qui a organisé l'audience en tant que président du tribunal de première instance de Bruxelles. "S'ils optent pour leur droit au silence, il est évident que les débats iront plus rapidement que s'ils s'expriment", avait-il ajouté.

Deux des quatre avocats des parties civiles doivent encore plaider jeudi matin. S'ensuivront les plaidoiries de la défense de Salah Abdeslam et de Sofiane Ayari, jugé en même temps que lui. Une peine de vingt ans de prison a été requise lundi après-midi à l'encontre de chacun d'entre eux.

Vos commentaires