En ce moment
 
 

Procès à Liège: ce prédateur jouait à l'ado mannequin sur internet pour obtenir photos dénudées et actes sexuels à distance de jeunes filles

Procès à Liège: ce prédateur jouait à l'ado mannequin sur internet pour obtenir photos dénudées et actes sexuels à distance de jeunes filles

Un Visétois âgé de 49 ans a été condamné vendredi par le tribunal correctionnel de Liège à une peine de 5 ans de prison ferme après avoir commis des faits de viol, d'attentats à la pudeur, de corruption de mineurs et de leurre de mineurs sur internet. Le prévenu s'était fait passer pour un jeune mannequin pour obtenir des photos dénudées et des actes sexuels de jeunes filles.

Le prévenu avait déjà été condamné en octobre 2017 à une peine de 5 ans de prison avec sursis partiel pour avoir abusé de la crédulité de 53 mineurs d'âge sur internet. A l'époque, il avait créé de faux profils d'adolescents afin d'obtenir de ses victimes l'envoi de photos dénudées.

A l'époque où il était jugé pour ces premiers faits, le prévenu en commettait d'autres sans que la justice en soit informée. Le prévenu avait abusé de la crédulité de dix autres victimes. Il utilisait la photo d'un jeune garçon mannequin pour faire croire à ses contacts qu'il était un adolescent d'une quinzaine d'années.

Cet homme utilisait un vocabulaire d'adolescent. Il avait contacté des filles âgées de 10, 11 ans et 15 ans. Après avoir acquis la confiance des jeunes filles, émoustillées par l'idée de correspondre avec un beau jeune homme de leur génération, le prévenu leur réclamait des photos de nudité de plus en plus osées.

Le prévenu s'était livré à un chantage sur base de photos et de vidéo obtenues, parvenant à imposer des actes sexuels à distance à ses victimes sous la menace d'une diffusion sur les réseaux sociaux.

L'une des victimes, concernée par une prévention de viol, avait été invitée à réaliser un acte de pénétration avec une brosse à dents. Ces actes avaient été enregistrés par le prévenu qui disposait d'un logiciel permettant de filmer les victimes à leur insu.

Considéré comme un prédateur sexuel, le prévenu a été condamné à une peine de 5 ans de prison ferme. Cette condamnation a été assortie d'une mise à disposition du tribunal de l'application des peines pour une durée de 5 ans.

Vos commentaires