En ce moment
 
 

Procès de l'ancien député Christian Van Eyken: "Une autoroute à cinq bandes" qui prouverait la culpabilité des amants

  • Procès Van Eyken-Boigelot: 25 ans de prison requis contre le couple

  • Procès Van Eyken-Boigelot: les parties civiles ont plaidé ce matin

 

L'avocate générale Laure Wynants a requis, jeudi vers 14h30, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, des peines de 25 ans de prison à l'encontre de Christian Van Eyken et de Sylvia B. Elle a considéré qu'il existait un faisceau d'indices graves, précis et concordants qui doivent conduire les juges à déclarer ce couple coupable d'avoir assassiné Marc Dellea, le premier mari de Sylvia B., le 8 juillet 2014 à Laeken.

L'ancien député au parlement flamand Christian Van Eyken et son épouse, Sylvia Boigelot, sont prévenus pour avoir assassiné le premier mari de cette dernière, Marc Dellea, en juillet 2014 à Laeken. L'un des conseils de la partie civile a insisté sur ce qu'il qualifie de "mensonges" de Sylvia Boigelot. Il a notamment rappelé que celle-ci s'était rendue en France pour rencontrer la première épouse de Christian Van Eyken, pour laquelle elle estimait que son amant versait une pension alimentaire trop élevée. La prévenue s'était présentée comme une touriste belge.

"Nous disposons des enregistrements sur dictaphone qu'elle a elle-même réalisés lors de sa rencontre avec cette dame. Cela vaut la peine de les écouter. Il faut entendre la facilité avec laquelle elle ment pendant des heures, en lui faisant de fausses confidences. C'est malsain! C'est terrifiant", a-t-il dit.

Ils sont les derniers à avoir visité son appartement

Concernant les faits en eux-mêmes, la version des prévenus pose question selon l'avocat. "Entre le 6 juillet à 21h00 et le 7 juillet à 02h00 personne n'entre ou ne sort de chez Marc Dellea. Les derniers à en sortir sont les prévenus. Selon leurs déclarations, ils sont allés chercher des vêtements dans cet appartement (qui était toujours le domicile de Sylvia Boigelot également), travailler, en l'occurrence remplir les documents pour les dépenses électorales, et ensuite jouer au Scrabble. Pourquoi aller travailler là, dans l'appartement du mari de madame, alors qu'ils pouvaient emporter les documents et aller travailler chez monsieur Van Eyken?", s'est-il interrogé.

Ce dernier a avancé que la thèse d'un cambriolage n'était pas crédible. "L'appartement est en ordre et il y a une somme de 13.000 euros en liquide qui s'y trouve et n'a pas été emportée. De plus, il aurait été difficile d'entrer par cet interstice laissé par le moustiquaire d'une des fenêtres", a-t-il estimé.

"Selon les prévenus, Marc Dellea s'était fait à la situation et avait accepté d'envisager la séparation, mais selon à nouveau des enregistrements sur dictaphone que madame a effectués, Marc Dellea lui dit qu'il était mal à l'aise avec la présence de Christian Van Eyken", a encore ajouté le plaideur.


Une balle dans la tête

Christian Van Eyken et Sylvia Boigelot sont prévenus pour avoir assassiné le premier mari de cette dernière, Marc Dellea. Cet homme âgé de 45 ans avait été retrouvé mort dans son appartement, avenue Mutsaard à Laeken, le 8 juillet 2014. Il avait reçu une balle dans la tête et aucune arme n'avait été retrouvée sur place.

Le parquet de Bruxelles avait ouvert une enquête qui avait mené à Sylvia Boigelot, alors épouse de la victime, et Christian Van Eyken, patron et amant de Sylvia Boigelot. Cette dernière était sa collaboratrice parlementaire lorsqu'il était député au parlement flamand et tous deux entretenaient une relation amoureuse.

Vos commentaires