Procès Nemmouche : "Je suis choqué d'être ici parce que je suis innocent", Nacer Bendrer

  • Attentat au Musée Juif de Bruxelles: retour de l''audience du jour

  • Attentat au Musée Juif de Bruxelles: Nacer Bendrer clame son innocence

 
Le procès Nemmouche

La cour d'assises de Bruxelles a donné la parole à Mehdi Nemmouche, mardi après-midi, mais ce dernier n'a pas voulu s'exprimer, mécontent du refus de la cour d'entendre les témoins que ses avocats avaient sollicités. Mehdi Nemmouche avait refusé de répondre aux questions de la police durant l'enquête, affirmant qu'il réservait ses explications pour son procès en cour d'assises, face à un jury populaire. Mais lorsque l'occasion de s'exprimer lui a été donnée par la présidente de la cour d'assises de Bruxelles mardi après-midi, il ne l'a pas saisie. "Etant donné que toutes les personnes qui auraient pu apporter une version aux antipodes de celle de l'accusation ne seront pas entendues, je ne répondrai pas aux questions", a-t-il déclaré.

Nacer Bendrer, quant à lui, a répondu aux questions de la cour. Il a confirmé sa dernière version, soit que Mehdi Nemmouche lui a bien demandé une kalachnikov en avril 2014, mais ne lui a jamais fourni une telle arme. Les deux hommes sont accusés devant la cour d'assises de Bruxelles pour avoir été auteurs ou co-auteurs de l'attentat au Musée de juif de Belgique le 24 mai 2014.


"Le monde est petit" ce mercredi dans la cour d'assises de Bruxelles

En effet, ce mercredi vers midi, la cour d'assises de Bruxelles a récusé la 2ème jurée suppléante au motif qu'elle présente des liens de parenté avec l'un des enquêteurs qui sera entendu au cours du procès. La cour ne dispose plus désormais que de huit jurés suppléants.

Depuis le début du procès, la cour a déjà dû renoncer à trois jurés effectifs et à une jurée suppléante. Deux jurés ont dû être remplacés pour absence et deux autres ont été récusés. L'un avait travaillé pour l'une des deux juges d'instruction en charge du dossier et la seconde a des liens de parenté avec un témoin, enquêteur.

Après ce début de journée chahuté, l'interrogatoire de Nacer Bendrer a repris dans l'après-midi. 

Nacer Bendrer a déclaré, mercredi après-midi devant la cour d'assises de Bruxelles, que Mehdi Nemmouche l'avait appelé souvent pour savoir s'il lui avait trouvé une kalachnikov. "Je lui ai dit: j'ai pas trouvé, j'attends et voilà", a précisé Nacer Bendrer, qui nie lui avoir fourni une telle arme.

LE DIRECT (Avec notre journaliste sur place Antoine Schuurwegen)

18h - La présidente de la cour d'assises de Bruxelles, Laurence Massart, a décidé mercredi en fin d'après-midi qu'il n'y aura pas d'audience jeudi. Il était prévu de poursuivre l'interrogatoire des accusés. Cependant, le principal accusé, Mehdi Nemmouche, a refusé de répondre aux questions. Le procès devant la cour d'assises reprendra vendredi à 09h00

17h - L'un des conseils de Mehdi Nemmouche, Me Sébastien Courtoy, a ré-affirmé que selon lui Nacer Bendrer avait obtenu un accord avec l'accusation pour charger son client. "Je ne vois que cette seule possibilité", a-t-il dit mercredi en fin d'après-midi.

15h35 - "J'ai appris les faits lorsque je suis rentré d'Algérie, en juin. J'ai vu Mehdi Nemmouche à la télé", a déclaré Nacer Bendrer devant la cour d'assises de Bruxelles mercredi après-midi. "J'étais choqué, c'était terrible ce qu'il venait de se passer."  Nacer Bendrer a poursuivi: "Je suis choqué d'être ici parce que je suis innocent (...) Je condamne fermement ces faits de terrorisme, c'est ignoble et terrible pour les victimes. Ceux qui ont fait ça, ce sont des 'enfants de putain."

14h30 - L'interrogatoire de Nacer Bendrer se poursuit. La présidente de la cour, Laurence Massart, reprend l'interrogatoire de Nacer Bendrer. Mardi en fin de journée, la magistrate s'était arrêtée au moment où Nacer Bendrer s'était rendu à Bruxelles le 10 avril 2014 et où il avait revu Mehdi Nemmouche. Nacer Bendrer avait confirmé que son ancien compagnon de cellule lui avait alors demandé de lui trouver une kalachnikov, sans lui dire pour quelle raison il avait besoin d'une telle arme. "Lorsque vous êtes ensuite revenu à Marseille, que s'est-il passé?", a questionné Laurence Massart, mercredi. "Mehdi Nemmouche m'a appelé souvent. Je lui ai dit: j'ai pas trouvé, j'attends et voilà. J'ai pas été formel", a répondu Nacer Bendrer. "Il n'avait pas l'air agacé, non. Mais il m'appelait souvent, oui. Ensuite, c'est tout. Rien. C'est comme avec une fille, si elle vous appelle et que vous ne rappelez pas, au bout d'un moment elle a compris", a rétorqué Nacer Bendrer. 

12h18 - Depuis, le début du procès, 4 jurés ont été récusés: 3 jurés effectifs et une jurée suppléante.

12h17 - Le camarade de classe, lui, peut rester.

12h16 - La cousine de l'enquêteur est récusée.

10h27 - Le procureur fédéral Bernard Michel a demandé la récusation de la 2e jurée suppléante, devant la cour d'assises de Bruxelles. Il s'est avéré que cette jurée a un lien de parenté avec l'un des enquêteurs qui sera entendu durant le procès de l'attentat au Musée juif perpétré en 2014.La 2ème suppléante a expliqué à un huissier d’audience qu’elle était la cousine et l’huissier l’a signalé à la présidente. Me Julien Blot, avocat de Nacer Bendrer, a également demandé la récusation de la jurée concernée. Me Sébastien Courtoy, conseil de Mehdi Nemmouche, lui, a dit ne pas s'opposer au maintien de la jurée, tout comme Me Michèle Hirsch, avocate de la partie civile."Il est possible que, pendant les débats, un juré reconnaîtra un témoin comme son voisin ou comme un policier qui lui a dressé un PV... Je pense qu'il faut s'en référer au serment d'impartialité que les jurés ont prêté, sinon ça peut être sans fin", a déclaré Me Hirsch.

Pour le 5ème suppléant, c’est le second avocat du Musée juif qui a pris la parole après la première suspension pour le signaler à tout le monde.

10h - Nouvelle suspension et délibération sur le 2ème suppléant qui est la cousine d’un enquêteur et le 5ème juré... qui est allé à l’école secondaire avec l’un des avocats.

9h28 - Nouveau rebondissement dans le jury : la deuxième jurée suppléante est la cousine germaine d’un des enquêteurs. Ils ne se voient pas depuis plusieurs années... Cette situation est délicate...

9h25 - La présidente demande aussi aux avocats de Nemmouche d’arriver à l’heure pour pouvoir commencer à 9h...

9h20 - Nouveau remplacement d’un juré : le 7eme juré a du s’absenter pour des raisons familiales. Un troisième suppléant devient juré effectif. L’audience va reprendre avec l’interrogatoire de Nacer Bendrer. La présidente demande aussi aux avocats de Nemmouche d’arriver à l’heure pour pouvoir commencer à 9h.

Vos commentaires