En ce moment
 

Roufflaer condamné à la perpétuité pour l'assassinat de ses deux filles: il reprend la direction de la prison sans manifester d'émotion

La cour d'assises de Liège a condamné jeudi Philippe Roufflaer, un Liégeois âgé de 42 ans, à la peine de réclusion criminelle à perpétuité. Mercredi, il a été reconnu coupable d'avoir commis les assassinats de ses deux petites filles, Loana (8 ans) et Naora (11 ans), et l'incendie volontaire de la maison qu'il occupait à Soumagne.

La maman des petites victimes a réagi par la voix de son avocat, maître Philippe Zevenne: "Ce fut un long processus pour arriver à cette décision de condamnation. Il y a un certain fond de satisfaction aussi pour ma cliente, il faut le dire, puisqu’elle souhaitait que l’assassin de ses enfants passe le plus de temps possible en prison. La réclusion à perpétuité permet cela. Donc, c’est un soulagement globalement", a confié le conseil à Antoine Schuurwegen.

Les faits reprochés à Philippe Roufflaer (42 ans) se sont déroulés à Soumagne le matin du 30 décembre 2016. Celui-ci a donné la mort à ses deux filles et incendié la maison qu'il occupait avant de tenter de mettre fin à ses jours. Loana (8 ans) a été étranglée tandis que Naora (11 ans) a été égorgée. Mercredi, à l'issue d'une première délibération de cinq heures, Philippe Roufflaer a été reconnu coupable des assassinats de Naora et de Loana ainsi que d'incendie volontaire. Jeudi matin, l'avocat général Marianne Lejeune a présenté son réquisitoire portant sur la peine à infliger à Philippe Roufflaer. Elle n'a relevé aucune circonstance atténuante en faveur de l'accusé. "Les deux petites filles ont crié, supplié et tenté de repousser leur agresseur. Elles n'ont eu aucune circonstance atténuante lorsqu'il leur a ôté la vie", a souligné le ministère public.


"Des traits narcissiques, impulsifs et antisociaux"

L'avocat général a aussi indiqué que Philippe Roufflaer n'avait pas totalement vidé son sac sur les circonstances. Mme Lejeune a encore épinglé la violence avec laquelle l'accusé avait exécuté ses enfants. Puis, elle a évoqué la personnalité de l'homme, avec ses traits narcissiques, impulsifs et antisociaux. Le ministère public a estimé que la peine la plus lourde devait sanctionner les faits et requis la peine de perpétuité contre Philippe Roufflaer. Mais, afin de protéger la société de ses agissements, l'avocat général a également requis une mise à disposition du tribunal de l'application des peines.

La défense, Me Maxim Töller et Me Renaud Molders-Pierre, a évoqué les circonstances atténuantes qui pourraient influencer le taux de la peine et lui donner un sens. Me Töller a évoqué l'enfance de l'accusé marquée par la séparation de ses parents. Il a évoqué le désamour de son père qui a pesé sur sa personnalité. "Philippe Roufflaer a été occulté ces dernières années par les aspects sombres de sa personnalité. Mais il subsiste en lui encore un côté clair. C'est ce côté qu'il faut nourrir avant de lui impliquer sa peine. Seul l'espoir peut faire changer un homme. La perpétuité n'offre pas cet espoir", a plaidé la défense. "Je regrette ce que j'ai fait", a indiqué l'homme avant la délibération sur la peine.

Philippe Rouffaler s'attendait à cette peine, explique Me Renaud-Molders-Pierre son avocat: "Lui-même, ce matin, sachant qu’il était condamné pour un double assassinat, ne se faisait pas d’illusion quant au fait qu’il risquait évidemment une perpétuité".


Pas de mise à disposition: un "espoir" pour Philippe Roufflaer

S'il écope de la perpétuité, il n'y aura pas de mise à disposition du Tribunal de l’application des peines, comme le réclamait l’avocat général… Une satisfaction pour le second avocat de Philippe Rouffaler, Me Maxim Toller. "Je pense que c’est un signal important, donné à monsieur Roufflaer, personnellement. C’est lui donner un espoir, un espoir qui pourrait être un moteur dans sa réinsertion plus tard et sur le travail sur lui-même durant les années de prison à venir".

C’est sans manifester la moindre émotion que Philippe Roufflaer a repris la direction de la prison. 

Vos commentaires