En ce moment
 

Salah Abdeslam face à la justice: voici la peine que réclame le parquet à son encontre

Salah Abdeslam face à la justice: voici la peine que réclame le parquet à son encontre

Le procureur fédéral Kathleen Grosjean a requis lundi devant le tribunal correctionnel de Bruxelles une peine de 20 ans de prison à l'encontre des prévenus Salah Abdeslam et Sofien Ayari, pour tentative d'assassinat terroriste sur des policiers, le 15 mars 2016 à Forest.


"Ils avaient parfaitement conscience qu'ils allaient tenter de commettre des assassinats"

Le parquet estime que les prévenus doivent être considérés comme co-auteurs, même si l'un d'entre eux n'a pas tiré sur les policiers puisqu'il n'y avait que deux fusils dans l'appartement. Les trois hommes se sont répartis les tâches, ils ont décidé ensemble d'un plan d'attaque, de laisser Belkaïd sur place - parce qu'il était blessé - pour résister au maximum aux policiers, a souligné le procureur. "Ils avaient parfaitement conscience qu'ils allaient tenter de commettre des assassinats." Puis les deux autres sont partis avec une arme et un GSM, mais "ils étaient tous les trois prêts à mourir." "Tous les trois sont prêts à mourir en martyr et Sofien Ayari et Salah Abdeslam sont parfaitement conscients du projet meurtrier de Mohamed Belkaid lorsqu'ils quittent l'appartement", a-t-elle précisé.


"Leur intention n'était pas de fuir mais bien de combattre l'ennemi, de tuer les policiers"

Concernant la préméditation, le procureur a également estimé qu'elle était clairement établie. "Après avoir entendu crier 'police' et après avoir entendu les premiers coups de bélier dans la porte, les prévenus sont restés à l'intérieur, ce qui signifie que leur intention n'était pas de fuir mais bien de combattre l'ennemi, de tuer les policiers. De plus, il ressort des témoignages que les tirs ont commencé dès l'ouverture de la porte par la police. Cela aussi prouve l'intention homicide. Ils ont pu réfléchir, ils n'ont pas été pris par surprise. Plus précisément encore, les policiers ont fait les premières injonctions et ont donné les premiers coups de bélier 10 minutes après leur mise en place. Cela laissait tout le temps aux occupants de se rendre", a-t-elle poursuivi. La magistrate a rappelé que 126 munitions avaient été trouvées ainsi que 10 chargeurs dont 4 étaient remplis, ajoutant "c'est un miracle qu'il n'y ait pas eu de mort parmi les policiers".


"Sofien Ayari était allé en Syrie où il avait rejoint les rangs de l'Etat Islamique"

Quant au caractère terroriste des faits, le procureur a également estimé qu'il n'y avait aucun doute à avoir. "Sofien Ayari était allé en Syrie où il avait rejoint les rangs de l'Etat Islamique (EI). Quant à Salah Abdeslam, un courrier retrouvé, écrit de sa main, montre bien son état d'esprit: semer la terreur, déstabiliser la population. Il apparaît aussi qu'il avait cohabité avec des terroristes des attentats de Bruxelles et de Paris dans des planques à Auvelais, à Charleroi et à Jette. Ils adhéraient totalement à l'idéologie de l'EI", a-t-elle dit.


Elle a requis une période de sûreté de 13 ans et une déchéance des droits civils et politiques des prévenus

La représentante du ministère public a aussi relevé que les faits s'étaient déroulés dans un quartier densément peuplé. Elle a enfin rappelé le contexte traumatisant pour la population dans lequel les faits s'étaient inscrits, quelques mois après les attentats de Paris. Outre une peine de 20 ans de prison, elle a requis une période de sûreté de 13 ans et une déchéance des droits civils et politiques des prévenus.

Salah Abdeslam et Soufien Ayari sont poursuivis devant le tribunal correctionnel de Bruxelles pour tentative de meurtre dans un contexte terroriste et pour possession illégale d'armes à feu. Le 15 mars 2016, ils avaient tiré sur des policiers belges et français qui s'apprêtaient à perquisitionner la planque où ils se trouvaient, rue du Dries à Forest. Salah Abdeslam était alors recherché depuis des mois pour son rôle dans les attentats de Paris de novembre 2015.

Vos commentaires