En ce moment
 
 

Sascha, Alexander, Elita, Patricia, David, Bart, Jennifer, Adelma, Olivier, Léopold, Loubna, André: au moins 11 nationalités parmi les victimes

Les attentats de Bruxelles ont fait au moins 31 morts et plus de 300 blessés. Quatre jours après, les identifications sont toujours très difficiles. Il y aurait au moins 11 nationalités parmi les victimes déjà identifiées.

Trois jours après les attentats de Bruxelles, les décès de ressortissants de onze nationalités, dont des Américains, un Chinois et un Français, ont été confirmés vendredi par les autorités de leurs pays respectifs à mesure que les 31 corps retrouvés étaient identifiés. Le Département d'Etat américain a annoncé la mort de deux de ses citoyens, ajoutant que d'autres manquaient à l'appel mais sans communiquer de chiffre précis.


Frère et soeur

Le ministère néerlandais des Affaires étrangères a identifié trois de ses ressortissants parmi les victimes mortelles, un frère et une soeur vivant aux Etats-Unis ainsi qu'une femme originaire de Deventer, dans le centre des Pays-Bas. La chaîne publique NOS ainsi que le maire et le gouverneur de New York ont précisé qu'il s'agissait d'Alexander Pinczowski et de sa soeur Sascha Pinczowski qui vivaient tous les deux à New York. Ils s'apprêtaient à embarquer sur un vol à destination des Etats-Unis. La troisième victime est Elita Weah, âgée de 41 ans, qui se rendait aux funérailles de son beau-père à Boston, aux Etats-Unis, selon NOS.


Italie, Angleterre, France

Rome a annoncé vendredi le décès d'une de ses ressortissantes, tuée dans le métro: Patricia Rizzo, 48 ans, qui travaillait depuis quelques mois à l'Ercea, une agence du conseil européen de la recherche. Le ministère britannique des Affaires étrangères a quant à lui confirmé vendredi le décès de David Dixon, un informaticien de 51 ans vivant en Belgique qui était porté disparu depuis les attentats. A Paris, le Quai d'Orsay a lui aussi annoncé le décès d'un ressortissant français.


Bart, un étudiant belge

La mort de Bart Migom, un étudiant belge en marketing de 21 ans qui devait s'envoler pour les États-Unis pour rejoindre sa petite amie, a également été confirmée à l'AFP par son université de Bruges, la Howest (Université de sciences appliquées de Flandre occidentale). "Ses parents nous ont dit qu'il était mort sur le coup" dans le hall des départs de l'aéroport, a déclaré à l'AFP Tom Delmotte, un chargé de communication de l'université. "Il était vraiment tout près de là où ça a explosé", a-t-il ajouté.


Une Allemande, une Espagnole et un Chinois

La police allemande a rapporté la mort, sans préciser son identité, d'une Allemande originaire d'Aix-la-Chapelle qui se trouvait à l'aéroport de Bruxelles. Le ministère des Affaires étrangères espagnol ayant confirmé la mort d'une Espagnole qui avait aussi les nationalités italienne et allemande, il s'agirait bien, selon El Pais, de la même personne, Jennifer Garcia Scintu, 29 ans, portée disparue depuis mardi. Elle partait en voyage à New York avec son mari allemand, grièvement blessé. Un Chinois est également décédé dans ces attaques, a confirmé l'ambassade de Chine en Belgique sans plus de détails.


Adelma, Olivier, Léopold, Loubna

Ces décès annoncés vendredi viennent s'ajouter à ceux identifiés jusqu'à présent: une Péruvienne, Adelma Marina Tapia Ruiz, 37 ans, tuée à l'aéroport où elle se trouvait avec son mari belge et leurs petites jumelles. Une citoyenne marocaine, dont le nom n'a pas été dévoilé, a aussi trouvé la mort, dans le métro.

Il a aussi été confirmé qu'au moins deux ressortissants belges sont décédés dans le métro: Olivier Delespesse, 45 ans, fonctionnaire à la fédération de Wallonie-Bruxelles, et Léopold Hecht, un étudiant en droit belge de 20 ans de l'université Saint-Louis de Bruxelles. La famille de Léopold Hecht a décidé de faire don de ses organes. Loubna, une professeur d'éducation physique et maman de trois enfants, est également décédée dans le métro. André Adam, le diplomate franco-belge, a perdu la vie à l'aéroport.


Encore un long travail d'identification

Le travail d'identification risque encore de durer, a prévenu jeudi Michaël Jonniaux, porte-parole de la police fédérale, parce qu'il s'agit d'une "catastrophe ouverte, il n'y a pas de liste des personnes qui étaient dans le métro, comme il peut y avoir une liste de passagers pour un crash d'avion par exemple".

Autre difficulté pour la trentaine de spécialistes qui s'activent afin d'identifier les corps ou les membres déchiquetés retrouvés: les explosions ont été particulièrement violentes. "Les restes humains sont parfois éparpillés". Enfin, un grand nombre de nationalités sont concernées d'où la difficulté de récupérer les données. 

Comme après les attentats à Paris en novembre, de nombreux appels à témoins ont été lancés sur Twitter et Facebook où une page "Recherche Bruxelles" a été ouverte. Des proches étaient notamment à la recherche d'Aline Bastin, une Belge de 29 ans. Face à cette détresse, le gouvernement belge a mis en place un numéro d'urgence, le 1771. Outre les 31 morts, les attentats dans l'aéroport et le métro de Bruxelles ont fait 300 blessés dont des Portugais, des Français, des Britanniques ou des Marocains.

Vos commentaires