Scène incroyablement dangereuse sur la E411: un individu sort d'une voiture et se prend en photo

Scène incroyablement dangereuse sur la E411: un individu sort d'une voiture et se prend en photo

L'une de nos équipes de journalistes a assisté à une scène incroyable ce vendredi vers 15h sur l'autoroute E411. Alors qu'ils roulaient en direction de Namur, nos reporters ont dépassé une Toyota rouge qui roulait à environ 110 km/h. Deux hommes vêtus d'uniformes militaires se trouvaient à bord. Impossible cependant de savoir si ces individus étaient bien des soldats ou non.
 
Jusque-là, rien d'anormal… Sauf que le passager s'est lancé dans des acrobaties inimaginables: à un moment, l'homme est complètement sorti du véhicule par la fenêtre. Comment a-t-il tenu? Nos journalistes n'en ont aucune idée. Sur l'instant, ils ont bien cru qu'ils allaient assister à un terrible accident. Mais non, l'homme est ensuite rentré dans l'habitacle, avant de ressortir sa tête ou ses jambes, le tout en se prenant en photo.
 

La route, ce n'est pas la jungle ou un cirque!

Ce genre de comportement enfreint bien entendu le code de la route, sur deux points:
- Absence du port de la ceinture en ce qui concerne le passager, ce qui représente une infraction du deuxième degré. Le passager risque une amende de 116 euros.
- Il est interdit de transporter des personnes sur la partie extérieure de la carrosserie d'un véhicule. Le non-respect de cette règle est une infraction du 1er degré, punissable d'une amende de 58 euros.

De façon générale, le porte-parole de l'institut Vias (l'ex-IBSR), condamne ce genre de comportement. "La route, ce n'est pas la jungle ou un cirque. Après le cas où des individus se sont arrêtés sur l'autoroute pour célébrer un mariage, et maintenant ça… Il faut arrêter avec ces pitreries. L'homme aurait pu tomber du véhicule et provoquer d'autres accidents. Il aurait également pu déconcentrer le conducteur. Le danger est bien réel", confie Benoît Godart.

Si vous croisez la route de cet acrobate inconscient, tenez bien vos distances.

Vos commentaires