En ce moment
 
 

Shadab, un Belge d'origine afghane, a réussi à quitter Kaboul: "Si les talibans avaient vu mon passeport, des choses incroyables se seraient passées"

  • Afghanistan: que vivent les populations sur place ? Récit de deux Belges

  • Afghanistan: l''opération de rapatriements des Belges a débuté

 
 
 

Il est parfois difficile d'imaginer ce que vivent les populations en Afghanistan. La situation reste très tendue à Kaboul. Un Belge d'origine afghane craint pour la vie de ses proches, cachés dans la capitale. Un autre raconte qu'il a réussi à quitter le pays via un vol néerlandais avant-hier.

Depuis une semaine, Rohullah, un Belge originaire d’Afghanistan, appelle sa famille deux fois par jour. Ses parents, sa sœur et son petit frère sont à Kaboul, cachés chez un proche. "A chaque fois que j’appelle, quand ils me répondent, cela me fait plaisir. Un jour, j’ai appelé sept fois et ils ne m’ont pas répondu et j’ai eu peur", confie le jeune homme qui habite à Molenbeek, en région bruxelloise.

"Depuis ce jour-là, je n’arrive pas à dormir"

Son père a travaillé pour le gouvernement et sa sœur a étudié dans une université à américaine. Ce sont donc deux potentielles cibles pour les talibans. "On se cache chez mon oncle, nos vies sont en danger", explique la jeune femme via le smartphone de Rohullah. "S’ils savent qu’elle a fait ses études là-bas, c’est fini pour elle. Un jour, ils vont l’attraper. Et donc pour eux c’est très difficile", regrette le jeune homme.

Rohullah avait lui-même fui les talibans. En Belgique depuis 10 ans, il travaille et a reçu ses papiers. Aujourd’hui, il se sent impuissant. "Depuis ce jour-là, je n’arrive pas à dormir, à me concentrer. La seule chose qui trotte dans ma tête en ce moment, c’est de sortir mes parents, ma sœur et mon frère d’Afghanistan pour qu’ils restent vivants", espère-t-il.

"Je suis chanceux et heureux d’être de retour en Belgique"

Shadab a lui réussi à sortir du pays. Ce Belge était en Afghanistan pour rendre visite à sa famille avec sa femme et ses trois enfants. "Je suis chanceux et heureux d’être de retour en Belgique", se réjouit-il. Shadab est de retour chez lui à Heist-op-den-Berg, après avoir été bloqué par les talibans durant quatre jours. La famille a tenté de fuir. "Nous n’avons pas pris de bagages. Les talibans ne devaient pas savoir que nous quittions le pays. J’ai donné mon passeport à ma femme pour qu’elle le mette dans son sac à main. Il devait être en sécurité pour que les talibans ne le voient pas. S’ils l’avaient vu, des choses incroyables se seraient passées", assure Shadab.

La famille est parvenue à rejoindre l’aéroport après cinq tentatives et a finalement pu monter dans un avion militaire néerlandais. Au total, sept ressortissants belges se trouvaient à bord.


 




 

Vos commentaires