En ce moment
 
 

Steve Bakelmans, le suspect de l'assassinat de Julie Van Espen, jugé pour le viol de son ex-petite amie

Steve Bakelmans, le suspect de l'assassinat de Julie Van Espen, jugé pour le viol de son ex-petite amie
© Agence Belga

Steve Bakelmans, l'homme de 39 ans suspecté d'avoir assassiné l'étudiante de 23 ans Julie Van Espen, doit comparaître mercredi devant la cour d'appel d'Anvers dans le cadre d'une autre affaire, le viol de son ex-petite amie. Il avait écopé en première instance de quatre ans de prison pour ces faits.

La victime avait prévenu la police le 31 octobre 2016. Steve Bakelmans, avec qui elle avait entretenu une relation durant quatre ans, était entré cette nuit-là dans son studio à Anvers, avait déchiré ses sous-vêtements et l'avait violée. Pour étouffer ses cris, il avait placé des chaussettes dans sa bouche et, comme elle continuait à résister, il lui avait asséné des coups de poing au visage. Avant de repartir, l'homme avait volé le portefeuille de la jeune femme.

Quelques instants plus tard, il lui avait envoyé un message d'excuse: "Merde! Bordel! Je vais me dénoncer moi-même aux flics. Il n'y a de toute façon rien à faire avec moi. C'est mieux comme ça. Je suis désolé", avait-il écrit.


Déjà condamné 5 fois en correctionnelle

Steve Bakelmans s'est présenté à la police le 6 novembre 2016. Il a reconnu les faits. Il a expliqué être encore amoureux de son ex-compagne et avoir rêvé qu'elle se mariait avec un autre avant de se rendre chez elle. Il voulait seulement se coucher à ses côtés mais, lorsqu'elle a commencé à crier, la situation lui a échappé, a-t-il ajouté.

L'homme a déjà été condamné cinq fois en correctionnelle pour vol, viol, recel et menaces. Il a de plus été condamné à six reprises pour des infractions au code de la route. En juin 2017, il a été condamné en première instance à quatre ans de prison. Son arrestation immédiate n'a pas été requise car la justice a considéré qu'il n'y avait pas d'indication qu'il tenterait d'échapper à sa peine. Le trentenaire a interjeté appel.

Son dossier a alors pris du temps en raison du manque de personnel de la cour d'appel. C'est ainsi qu'il était libre lorsque, le 4 mai dernier, il a tenté de violer Julie Van Espen avant de la tuer et de jeter son corps dans le canal Albert à Anvers. 

Vos commentaires