En ce moment
 

Suisse: le quotidien Blick a donné trop d'informations sur un accusé

(Belga) Le quotidien Blick se fait taper sur les doigts par le Conseil suisse de la presse pour avoir livré trop d'informations sur un accusé lors d'un compte rendu de procès, ce qui permettait de l'identifier. Une plainte contre le quotidien a été acceptée par l'organe d'auto-contrôle des médias suisses.

En octobre 2017, le Blick a rendu compte à deux reprises du cas d'un réalisateur accusé d'avoir violé un enfant et exercé sur lui une contrainte sexuelle. Le journal indiquait son prénom et l'initiale de son nom, son âge, sa région d'origine, la région où il habitait et quelques faits sur son travail cinématographique, explique le Conseil de la presse dans une prise de position publiée lundi. Le journal publiait aussi une photo de l'homme, le visage caché par un bandeau. Toutes ces informations réunies permettaient d'identifier l'accusé. Comme il n'existe aucun intérêt public à cette identification, le Conseil de la presse estime que le Blick a porté atteinte à la directive sur l'identification. Le journal a par la suite rendu compte du jugement prononcé contre le réalisateur, mais il a omis de signaler que ce verdict n'était pas passé en force. Or, cette indication doit impérativement être donnée. Le Blick a donc également porté atteinte à la directive sur la présomption d'innocence. (Belga)

Vos commentaires