En ce moment
 

TC Nivelles - Des peines de 40 et 30 mois de prison avec sursis partiel après un vol avec violence

(Belga) Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné mardi Kevin D. et Jean-Pierre K., deux habitants de Rebecq, à respectivement 40 et 30 mois d'emprisonnement. Les deux prévenus, nés en 1990 et 1980, malgré leurs antécédents judiciaires, bénéficient d'un sursis pour ce qui excède la détention déjà subie. Ils devaient s'expliquer devant la justice pour un vol avec violence commis dans une habitation de Rebecq, le 17 août 2017. Le visage dissimulé par des cagoules, les prévenus ont pénétré dans une maison, neutralisé l'habitant et sont repartis avec le véhicule de la victime.

Le véhicule en question a été vendu pour 500 euros dans le quartier de la gare du Nord, à Bruxelles, et retrouvé par la suite en France. En réalité, s'il y a bien eu vol avec violence, le contexte est plutôt celui d'une vengeance. Lorsqu'il a déposé plainte après avoir été agressé à son domicile, le Rebecquois victime des faits a expliqué que trois jours auparavant, il avait déjà mis en fuite en pleine nuit un homme qui tentait de défoncer sa porte d'entrée. Et il nourrissait des soupçons après avoir hébergé un marginal de la région. Après avoir rencontré cet homme dans un snack, il lui avait proposé de venir se doucher, se restaurer et dormir chez lui. Mais l'hébergement ne s'était visiblement pas bien passé. Les enquêteurs ont identifié le marginal en question. Il s'agit de Kevin D., qui a nié toute implication dans un premier temps. Ensuite, il a affirmé que lorsqu'il a été accueilli chez la victime, il était parti parce que son hébergeur lui avait fait des propositions d'ordre sexuel. Parlant de cette mésaventure avec son ami Jean-Pierre K. un soir de beuverie, le duo a décidé de retourner sur place. La victime a alors été poussée dans un fauteuil et neutralisée tandis que l'étage de son habitation était fouillé par un des auteurs. Pour fixer la hauteur de la peine, le tribunal a notamment pris en compte l'extrême gravité des faits, le traumatisme infligé à la victime, et les antécédents des deux prévenus. (Belga)

Vos commentaires