Un avocat et son stagiaire agressés et séquestrés à Bruxelles: une somme de 150.000 euros intéresse les enquêteurs

C’est une info RTL. Un avocat du barreau de Bruxelles et son stagiaire ont été séquestrés, frappés et menacés, il y a plusieurs mois, par trois hommes envoyés par un commanditaire. Une agression qui serait liée à un litige concernant une somme de plus de 150.000 euros, que l'homme de loi aurait "escroquée" à l'un de ses clients. Les détails avec Benjamin Samyn et Didier Clippe dans le RTLinfo13H.

L’affaire étant toujours à l’instruction, nous ne donnerons pas l’identité de l'avocat du barreau de Bruxelles concerné par cette attaque contre lui et son stagiaire. Ils ont subi des menaces et ont été violentés. Une source policière nous détaille les faits.

"Les trois exécutants se sont introduits dans le cabinet de l’avocat. Ils ont exigé sous la menace d’un pistolet qu’il rembourse une somme prétendument escroquée, ils l’ont momentanément séquestré à cette occasion"indique-t-elle. 

"C’est manifestement une tentative d’extorsion avec violence et des circonstances aggravantes qui sont l’usage d’armes, le fait qu’il y ait eu séquestration et le fait qu’ils ont agi à plusieurs", explique Frank Discepoli, avocat en droit pénal et procédure pénale à l’ULB. 


Une somme de 150.000 euros intéresse les enquêteurs

Les faits trouvent leurs origines dans le cadre de l’activité de l’avocat. Le trio a en effet été téléguidé par un commanditaire. Un homme qui avait versé sur un compte du juriste une somme de plus de 150.000 euros pour, d’après l’homme de loi, des opérations d’importations et d’exportations à venir. L’argent a ensuite été saisi par le parquet de Bruxelles. Pour l’organisateur présumé des faits, l’avocat lui a escroqué l’argent. La somme intéresse désormais les enquêteurs.

"On pourrait être en présence de blanchiment donc il est certain que le rôle des inspecteurs sera d’étudier la provenance des fonds", précise Aurélie-Anne De Vos, une avocate pénaliste. 

"S’il s’avère qu’il pourrait y avoir un soupçon de blanchiment dans l’utilisation de cet argent alors il est possible que l’avocat soit poursuivi s’il n’a pas fait une dénonciation auprès de son bâtonnier", ajoute Frank Discepoli.

Les différents suspects qui ont agressé l’avocat bruxellois ont été arrêtés par la police. Le commanditaire a été interpellé.  

Vos commentaires