Un détenu s'est évadé de la prison de Dinant: "Cela s'est fait à l'ancienne, à l'aide d'un drap de lit"

Un détenu de la prison de Dinant s'est évadé dans la nuit de jeudi à vendredi, ont indiqué dans la matinée le parquet de Namur et la prison de Dinant, confirmant une information de la Dernière Heure. Selon le chef de corps de la zone Haute-Meuse, Bernard Dehon, l'homme a pris la fuite à l'aide d'un drap de lit.

"Il n'y a pas eu de prise d'otage, ni d'arme utilisée et visiblement il n'y a pas eu de complicité extérieure. Cela s'est fait à l'ancienne, à l'aide d'un drap de lit", a-t-il précisé, sans donner plus de détails.

Selon la DH, il s'agit d'un détenu de 28 ans qui se trouvait en détention préventive. Ce dernier n'a toujours pas été retrouvé. Du côté de la prison de Dinant, "aucun comentaire" ne sera fait dans l'immédiat.


Pas de lien avec le mouvement de grève selon l'administration

La fuite de l'homme, à l'aide d'un drap de lit, ne semble pas liée au mouvement de grogne en cours dans les prisons belges: "100% du personnel était présent dans la prison cette nuit et 80% ce matin", précise la porte-parole de l'administration.


Les évasions en diminution ces dernières années

Le nombre d'évasions s'est considérablement réduit ces dernières années, selon les chiffres de l'administration pénitentiaire. Alors qu'en 2009, 39 personnes s'étaient échappées d'une institution fermée, ce chiffre chute à 14 en 2012 pour diminuer depuis: 5 en 2014, 1 en 2015 et même aucune en 2016. Les chiffres pour 2017 ne sont pas encore disponibles.

Cette baisse résulte d'une série de procédures de sécurité renforcées. Les téléphones portables sont notamment davantage contrôlés, des chiens spécialisés sont utilisés dans la recherche de drogues et de nouveaux portiques de détection de métaux ont été mis en place, soulignait en 2013 l'administration pénitentiaire dans son rapport annuel. Un système de gestion et de suivi a également été élaboré afin d'identifier, en fonction de plusieurs critères, les détenus présentant un profil à risque.

Vos commentaires