Un homme traîne des cochons morts hors d'une étable flamande: "Où est le respect et la dignité?", dénonce Animal Rights

Un homme traîne des cochons morts hors d'une étable flamande:

Animal Rights a diffusé ce jeudi des images d'une exploitation porcine flamande sur lesquelles on peut voir un employé traîner des cochons morts hors de leur étable et les jeter comme des déchets sur la rue pour qu'ils soient ramassés.
 
L'organisation de défense des animaux souhaite attirer l'attention sur le taux élevé de mortalité parmi les bêtes avant qu'elles ne soient abattues.

Les morts prématurés, aussi appelés 'rebut', sont considérés dans l'industrie de l'élevage comme quelque chose de tout-à-fait normal

Ces images montrent une situation tout-à-fait habituelle, selon l'association. "Elles révèlent la réalité quotidienne de l'industrie du porc", affirme Benoit Van den Broeck, d'Animal Rights. "Avec la production de masse, qui engraisse des milliers de cochons destinés à être abattus, il est quasiment impossible d'offrir aux animaux une attention et des soins ciblés. Les cochons malades, faibles ou blessés sont rarement vus par un vétérinaire car la viande doit être produite à bas coûts".
 
Les bêtes périssent sans assistance à la porcherie, au mieux, leurs souffrances sont abrégées, selon M. Van den Broeck. "Un animal destiné à la consommation est normalement étourdi avant d'être euthanasié. Pour ce faire, les éleveurs de porcs utilisent un pistolet à tige perforante ou non perforante ou des électrodes. Les porcelets de moins de cinq kilogrammes peuvent être assommés d'un coup sur la tête, ce qui provoque chez eux de graves lésions cérébrales", détaille-t-il. "Les morts prématurés, aussi appelés 'rebut', sont considérés dans l'industrie de l'élevage comme quelque chose de tout-à-fait normal".

Le pourcentage moyen de 'rebut', ou taux de mortalité, dans les élevages de cochons en Flandre atteint les 3,6%, d'après Animal Rights. En Flandre, plus de 11 millions de porcs sont abattus chaque année. Cela signifie que le taux de mortalité dans l'industrie porcine en Flandre touche des centaines de milliers de porcelets et de cochons par an.
 
Les images dévoilées par l'organisation ont été filmées dans une exploitation de Flandre occidentale. Animal Rights se refuse toutefois à révéler le nom de l'entreprise ou de la commune où elle est implantée. "Nous ne visons aucune entreprise en particulier. Nous désirons plutôt aborder les problèmes de cette industrie dans leur ensemble", insiste Benoit Van den Broeck.

Vos commentaires