En ce moment
 
 

Vols de cartes bancaires: le "shouldersurfing" prend de l'ampleur

 
 

La police et Febelfin mettent en garde contre le "shouldersurfing".

La police judiciaire fédérale (PJF) et la fédération du secteur financier (Febelfin) demandent au public d'être attentif face au phénomène de 'shouldersurfing', par le biais duquel un individu épie le code pin d'une victime en regardant par-dessus son épaule pour ensuite dérober sa carte bancaire et voler l'argent du compte. Des centaines de personnes sont victimes chaque année de ce phénomène qui prend de plus en plus d'ampleur, selon les autorités.

Surtout le week-end dans les selfbanking

Des bandes spécialisées agissent un peu partout mais surtout dans les grandes villes. Quatre-vingts pour cent des faits de 'shouldersurfing' se déroulent dans les selfbanking durant le week-end et lorsque les guichets sont fermés. Vingt pour cent ont lieu dans les magasins, les restaurants et les grandes surfaces.

Les femmes en sont plus souvent victimes

Les malfrats, provenant de Belgique ou de l'étranger, choisissent avec soin leurs cibles: 62% des victimes sont des femmes et 75% ont plus de 55 ans. Les voleurs travaillent souvent en petits groupes, sont toujours polis, paraissent innocents, ne sont pas agressifs et agissent souvent à visage découvert, précisent la PJF et Febelfin. Cinqante-cinq pour cent des voleurs sont âgés de 15 à 25 ans.

Ne pas se laisser distraire

Febelfin recommande de taper son code secret discrètement, de ne pas se laisser distraire, de garder une certaine distance entre soi et les personnes se trouvant à proximité et de contacter immédiatement 'cardstop' (070/344.344) en cas de perte de la carte bancaire ou de non restitution de celle-ci.




 

Vos commentaires