En ce moment
 
 

L’avocat du Roi Albert, après la reconnaissance de Delphine: "Le Roi, ce n’est pas une représentation sur une boîte de biscuits Delacre"

L’avocat du roi Albert, Alain Berenboom, a répondu en direct aux questions d’Olivier Schoonejans dans le RTL INFO 13H. Il a commenté le communiqué d’Albert II indiquant qu’il était bien le père biologique de Delphine Boël.

Qu'est-ce que ce test ADN signifie pour le Roi Albert ?

C’est la première fois que la filiation est établie entre le roi Albert et madame Boël. Il a fallu les conclusions de l’expert judiciaire pour la déterminer et ses conclusions sont arrivées hier. Donc, la filiation n’est établie sur le plan scientifique que depuis hier.


C’est une reconnaissance légale, et pas une reconnaissance sociale, pourquoi ?

Ce que le communiqué explique c’est que la filiation ici n’a jamais été une communauté familiale, sociale, sociologique entre le roi et madame Boël, même la Cour d’appel l’a reconnu en disant, comme on dit, qu’ il y a une possession d’état, c’est-à-dire une vie familiale uniquement entre Jacques Boël et sa fille Delphine. Donc, le seul lien qui existe entre Delphine Boël et le Roi, c’est un lien biologique. Le père biologique de Delphine est, en tout cas c’est ce que la science nous apprend, le roi Albert mais le roi Albert faisait remarquer qu’historiquement il n’existait pas d’autre lien entre lui et madame Boël.

Est-ce qu'on avait vraiment besoin d'en arriver là ? Le fait qu'Albert soit le père de Delphine n'est pas une surprise...

C’est vrai mais il existe encore des lois, il existe encore des procédures. Le roi Albert l’aurait-il voulu qu’il n’aurait pas pu obtenir ou reconnaître madame Boël plus tôt puisqu’il existait un père légal Jaques Boël et que celui-ci est resté le père légal jusqu’au mois de décembre 2018. Il a fallu l’arrêt de la Cour de cassation pour établir que Jacques Boël n’est plus le père. Ce n’est que depuis ce moment-là que la route est dégagée en quelque sorte pour que Madame Boël puisse prétendre à établir la filiation avec son père Albert II.

Vous n’avez pas peur que cette histoire n’écorgne l’image du roi Albert ?

Je pense que dans cette affaire, le roi Albert s’est comporté avec dignité tout au long de cette procédure, il n’est pas entré dans les polémiques. Il a refusé de répondre à un certain nombre de ragots, de malveillances ou de contre-vérités proférés à son encontre. Il a toujours limité ses débats à ceux qui se déroulaient devant les tribunaux. C’est un homme normal, pour reprendre une expression française célèbre, qui a connu et qui connaît des problèmes familiaux comme il en existe dans tant de famille. Le roi, ce n’est pas une représentation sur une boîte de biscuits Delacre. C’est un homme comme les autres. Sa vie privée, il l’a d’ailleurs dit lui-même lors d’un fameux discours de Noël, a connu un certain nombre de vicissitudes et de tempêtes, comme pas mal d’autres familles de Belgique et d’ailleurs.

Vos commentaires