Il manque un millier de sapeurs-pompiers dans le sud du pays

(Belga) Plus de 1.000 pompiers manquent en Wallonie, en raison des nouvelles dispositions de la réforme, d'un manque de financement et de candidats, rapporte L'Avenir samedi.

Selon les 14 commandants de zones en Wallonie, il manquerait aujourd'hui plus de 1.000 pompiers dans le sud du pays. Et ce, pour agir en toute efficacité, remplir les plans de personnel, suivre des analyses de risques, etc. En 2017, la Wallonie comptait 5.549 pompiers. Le manque d'effectifs n'est pas sans conséquence. "Le personnel est à bout", note Olivier Nyssen, secrétaire général CGSP-Admi. "Il faut aujourd'hui plus de monde sur les interventions", note Quentin Grégoire, président des sapeurs-pompiers de Belgique. La réforme de 2015 ( où 250 services d'incendie ont laissé place à 34 zones de secours) a amené son lot de modifications. Comme la mise en place de l'"aide adéquate la plus rapide", supposant des minima pour les départs. Ainsi, depuis le 1er janvier, six pompiers, au lieu de quatre, sont en théorie nécessaires pour faire partir une autopompe. "Pour respecter cet arrêté minima, il me manque une vingtaine de professionnels", réagit le commandant de la zone NAGE (Namur, Gembloux, etc.). En outre, les formations sont plus fréquentes pour un métier de plus en plus complexe. "Si on veut garder le même nombre de pompiers prêts à intervenir, il faut augmenter le quota pour que chacun puisse se former", poursuit M. Grégoire. Les casernes wallonnes comptent aussi 65% de volontaires. "Or, à l'heure actuelle, il y a une crise du volontariat. Il n'y a plus assez de candidats sur le marché". Le président des sapeurs-pompiers note encore le souci de financement: "Si les Communes ou le fédéral mettaient plus, les zones pourraient engager davantage". (Belga)

Vos commentaires