En ce moment
 
 

"C'est du jamais vu ici": hausse des cas de brûlures graves dues aux coups de soleil

Aujourd'hui c'est le jour le plus chaud de la semaine avec un mercure dépassant les 40 degrés. L'ensoleillement est maximal. Dans les hôpitaux, les brûlures graves dues à des coups de soleil se multiplient.

"C'est du jamais vu ici. Autant de patients en si peu de temps", constate Nadine Hans, chirurgienne au centre de traitement des brûlés du Grand Hôpital de Charleroi. Depuis juin, une dizaine de personnes se sont présentées avec des brûlures relativement impressionnantes dans cet hôpital situé à Loverval (Gerpinnes).

"On a des patients qui arrivent de plus en plus avec des brûlures dues au soleil, des lésions du deuxième degré superficiel, donc avec apparition de phlyctènes, des cloches. Des traitements sont dès lors nécessaires par pommade. Pour le dernier patient traité, il y avait une dizaine de pourcent de surface corporelle, c'est quand même assez interpellant", souligne la chirurgienne.


"Une certaine insouciance, une certaine inconscience"

Un paradoxe pour les médecins puisqu'il n'y a jamais eu autant de campagnes de sensibilisation par rapport au danger du soleil. "Je pense qu'il y a une certaine insouciance, une certaine inconscience par rapport aux risques solaires. On ne le fait pas nécessairement exprès. Dehors il fait très beau et on ne pense pas nécessairement à appliquer de la crème avant de sortir. Et puis on enlève le t-shirt et crac on se fait prendre", commente Pierre-Paul Roquet-Gravy, dermatologue et chef du pôle peau du Grand Hôpital de Charleroi.


L'indice UV également à surveiller

Malgré la vigilance des parents, certains enfants ont également dû recevoir des soins dans cet hôpital hennuyer. Ils ont la peau plus fine, plus sensible. L'indice UV est également à surveiller. Aujourd'hui, il est au niveau 7, ce qui signifie que l'intensité des rayons du soleil peut provoquer rapidement des brûlures. "L'indice 7 est très inhabituel dans nos contrées et donc on est peu habitués à cela. Pourtant le rayonnement solaire brûle la peau, ce n'est pas nécessairement la chaleur que l'on ressent, le rayonnement solaire est froid. Donc, on peut être parfaitement surpris par le rayonnement solaire même si le temps est un peu nuageux", rappelle le dermatologue.

L'indice UV devra encore légèrement augmenté pendant les deux prochains jours. Dans de telles conditions, les médecins recommandent plutôt de porter des vêtements longs pour protéger la peau ou mettre de la crème solaire au moins toutes les deux heures.

Vos commentaires