En ce moment
 
 

Comment l'aéroport de Bruxelles gère la neige? Découvrez les 4 opérations clé

Par quatre, des grues vont à la rencontre des avions qui viennent d'atterrir. Elles pulvérisent deux produits différents sur toute la carlingue. Le premier la dégivre et le second empêche le givre de s'attacher à l'avion lorsqu'il redécollera une heure plus tard. Ce sont les équipes de Swissport et Aviapartner, ceux-là même qui s'occupent des bagages, qui en sont chargées. Elles y sont habituées et prêtes à l'enclencher n'importe quand entre le 15 novembre et la fin mars. Il s'agit en fait de la même procédure que lorsqu'il gèle et que du givre se forme, mais la neige a la particularité de former une couche pâteuse qui peut provoquer des perturbations pour les avions.

Concernant les pistes, l'aéroport ne peut pas utiliser de sel, trop corrosif pour les avions. Elle utilise donc un produit chimique que l'aéroport assure écologique. Il est pulvérisé par des camions. Et lorsqu'il neige, d'autres camions chassent la neige sur les bords des pistes. Ces opérations se font de manière alternative sur les pistes pour ne pas paralyser l'aéroport et en conserver toujours une opérationnelle. Mais cela explique les retards possibles, comme la demi-heure maximum de retard qui a été comptabilisée aujourd'hui.

Les équipes s'entraînent régulièrement à ces procédures. Aujourd'hui, elles ont travaillé depuis le premier décollage après 4h du matin et continueront jusqu'à 22h, heure du dernier vol en partance de Bruxelles.

Vos commentaires