En ce moment
 

Le secteur privé se développe dans la destruction de nids de guêpes

(Belga) La destruction de nids de guêpes constitue une activité non négligeable en cette période estivale pour les zones de secours. Toutefois, le manque de personnel ne permet pas toujours aux pompiers d'intervenir rapidement, les interventions urgentes étant privilégiées. Un secteur privé se développe donc en parallèle et bien souvent à un prix plus avantageux pour les particuliers.

Plus de 80.000 interventions des zones de secours recensées en 2015 concernaient la destruction de nids de guêpes. "Cette année, rien que sur la zone Hemeco, en province de Liège, nous avons éliminé 122 nids sur le mois de juin. Durant la même période, nous étions à 71 nids en 2017 et 37 nids en 2016. Tout est fonction de la météo", souligne le capitaine Tanguy Fierens. "Avec ce nombre important de demande d'intervention, une liste d'attente s'est créée. Nous nous en occupons en fonction du personnel présent en caserne." La destruction de ces nids mobilise deux hommes, alors que les zones sont déjà en manque d'effectifs. "Si nous ne sommes pas en mesure d'agir rapidement et que les personnes ne souhaitent pas attendre, elles peuvent se tourner vers le privé." Des personnes expérimentées travaillant essentiellement comme apiculteur ou dans des entreprises spécialisées proposent leurs services aux citoyens, en guise d'activité complémentaire. Ceci a pour avantage de décharger les pompiers, qui peuvent se consacrer aux interventions urgentes. "Les pompiers prennent un forfait qui va de 70 à 150 euros environ en fonction des zones de secours. Pour ma part, je prends un forfait de 60 euros peu importe le temps et l'investissement que cela demande. Je viens d'ailleurs avec tout mon matériel et fixe un rendez-vous avec les gens pour que le problème soit résolu au plus vite", indique le gérant de l'entreprise PR destruction nids de guêpes. Il souligne qu'il "est nettement préférable de faire appel à un professionnel plutôt que de le faire soi-même". "Il y a toujours un risque de se faire piquer et de faire une réaction allergique". Un conseil largement approuvé par le capitaine des pompiers de la zone de secours Hemeco. "Dans tous les cas, il ne faut certainement pas mettre le feu à un nid, qu'il soit en l'air ou en terre", note Tanguy Fierens. Attention toutefois au choix de l'entreprise pour faire enlever le nid de guêpe, car il n'y a pas de formation pour cette activité. (Belga)

Vos commentaires