En ce moment
 

Malgré l'arrivée d'orages et de fraîcheur, la sécheresse va perdurer: voici pourquoi

Avec ces orages, de grandes quantités d'eau pourraient tomber, mais cela ne permettra sans doute pas d'abreuver nos sols. Malgré la pluie, et le retour de la fraîcheur, la sécheresse risque de durer encore un peu. Vincent Jamoulle et Aline Lejeune l'ont démontré dabs le RTL info 13 heures.

Petite expérience avec une bassine d'eau lancée sur un sol sec : l'eau s'écoule tranquillement. Même chose sur un petit carré de terre sur lequel il faudra 8 minutes pour que l'eau disparaisse. En fait, le phénomène de capillarité qui permet au sol d'absorber l'eau, ne fonctionne pas quand il fait très sec.

"Cela explique aussi pourquoi il y a très peu de recharge des nappes aquifères durant l'été. Quand il y a des gros orages, ça va repartir en évaporation quelques heures après, et en ruissellement quelques minutes ou quelques heures, directement après la grosse pluie", explique Alain Dassargues, professeur en hydrogéologie à l'université de Liège. 


Les "flash floods"

Orages violents, beaucoup d'eau en peu de temps, sol sec, cette configuration risque de provoquer localement ce que les scientifiques appellent des "flash floods".

"Des inondation flash, très rapides. Tous les points bas vont être inondés subitement. Même des points bas très relatifs : un garage en souterrain le long d'une rue, tout d'un coup, va se retrouver inondé parce que la rue s'est transformée en torrents pendant quelques minutes", ajoute le spécialiste.

Cela dépendra évidemment des orages, toujours difficiles à prévoir. Les premiers après une longue sécheresse ne devraient pas être trop violents...

"Les orages s'autoalimentent d'eaux mêmes à partir de l'humidité qu'il y a dans l'atmosphère mais aussi à partir de l'humidité qu'il y a au sol et dans la végétation. Or, comme la végétation et les sols sont complètement secs, il est possible que la première vague orageuse s'atténue parce qu'elle n'a pas assez d'humidité pour s'entretenir", note Sébastien Doutreloup, climatologue.

Même si elle a du mal à boire quand elle est trop sèche, la terre, si elle pouvait parler, supplierait pour le retour de la drache nationale

Vos commentaires