En ce moment
 
 

Y a-t-il assez de sel pour éviter le cauchemar sur les routes ce mardi?

Ce mardi, il va falloir sortir les déneigeuses et aussi bien entamer les stocks de sel. Le sel qui reste la solution de lutte la plus efficace. Mais y en a-t-il assez ?

C’est le service public de Wallonie (SPW) qui s’occupe des grosses artères wallonnes (874 km d’autoroutes et 7000 km de routes régionales) et le stock de sel disponible immédiatement est de 100.000 tonnes réparties dans les 42 régies des routes. 150.000 tonnes supplémentaires sont prévues et seront disponibles rapidement.

"Nous pouvons parer à tous les hivers possibles", assure Pierre Micin, le chef du district autoroutier de Battice (SPW). "Les dispositions ont été prises suivant l’expérience qu’on a vécue il y a une petite dizaine d’années."


"La précision des prévisions n’est pas suffisante"

En 2010, deux hivers très rudes avaient à chaque fois vidé les stocks, qui étaient à l’époque beaucoup moins importants. Les contribuables bloqués dans les voitures et les camions n’avaient pas du tout apprécié.

Aujourd’hui, le pire a été prévu et ce n’est pas du grand froid dont il s’agit mais plutôt de températures tout juste proche du zéro degré.

"On est soit en période de gel, soit en période non gelée donc on a quand même beaucoup d’épandage à faire et la précision des prévisions n’est pas suffisante pour savoir quel tronçon va être dangereux ou pas", ajoute Pierre Micin.


"En 24h, on peut être livré"

Ensuite, il y a les 73.000 km de routes secondaires pour lesquels ce sont les communes qui gèrent. A Blegny avec 70 tonnes il y a de quoi saler durant une semaine. Et si la neige s’incruste, il y a une solution. "En 24h, on peut être livré en faisant appel à une plateforme internet pour faire une commande à Amay", explique Simon Lambrecht, le chef du service travaux de la commune de Blegny. Commander à Amay, signifie d’aller puiser d’ans une gigantesque réserve de 30.000 tonnes stockées dans un hangar de 150 mètres de long. 77 communes de la province de Liège sur 84 se sont groupées pour payer le sel moins cher et pour ne jamais en manquer.

"Depuis que ce système existe, les communes liégeoises qui sont partenaires du projet n’ont plus eu de problème d’approvisionnement puisqu’on peut garantir ici un stockage très important", indique Michel Marechal, le coordinateur du stock de sel de la province de Liège.

Dans les régies du service public de Wallonie comme dans les communes, ce sont le plus souvent des sociétés privées qui assurent l’épandage.

Vos commentaires