En ce moment
 
 

Un phénomène météorologique va nous amener de l'air frais: et après, à quoi s'attendre pour l'été?

Un phénomène météorologique va nous amener de l'air frais: et après, à quoi s'attendre pour l'été?
© RTL INFO

La vague de chaleur qui touche actuellement la Belgique, nous vous l'avions déjà annoncée il y a quelques jours. Mais un petit changement a eu lieu. Certains scientifiques annonçaient jusqu'à 40°C, mais le mercure ne devrait pas dépasser les 35°C. Un phénomène météorologique va faire son apparition pour nous éviter des températures aussi extrêmes.

Xavier Fettweis, professeur de climatologie, avait prédit des températures record: jusqu’à 40 degrés. Avec quand même 35 degrés maximum, on n'en est pas si loin… mais le modèle météorologique a changé.

En cause: un anticyclone qui bloquera l’air chaud à la frontière française. "Comme on le voit ici sur la simulation, il va bloquer l'air très chaud à la France, et donc on aura des températures beaucoup plus convenables qu'en France", précise Xavier Fettweis, de l'Université de Liège et du FNRS.
 
40 degrés sont annoncé à Paris. Chez nous, les températures atteindront les 35 degrés par endroits, avant qu’une brise ne fasse son apparition depuis la mer du Nord. "On voit que la mer du Nord est très froide. Il va y avoir la mise en place de ce qu'on appelle une brise de mer, qui va alors chasser tout l'air chaud vers l'Allemagne. Au fur et à mesure de la journée, la brise de mer va même arriver jusque Liège et on sera dans de l'air beaucoup plus frais", précise Xavier Fettweis.
 
Retenez donc votre souffle: à partir de ce mardi, l'air devrait se rafraîchir progressivement jusqu'à mercredi. Mais après?


Vers un été chaud et sec

Selon les modèles météorologiques, notre été s’annoncerait chaud et sec. Il pourrait connaître plusieurs canicules. "La définition de l'IRM (NDLR: Institut Royal Météorologique) pour une canicule c'est 5 jours de plus de 25°C, dont 3 jours de plus de 30°C, et ça on y est clairement. Toute la semaine il fera plus de 30°C", confie le professeur Fettweis.

Même sans atteindre les 40 degrés, les Belges doivent s’habituer à une météo plus chaude. "Ça veut dire que si c'est arrivé une fois, c'est probable que de telles prévisions se répètent. Donc si ce n'est pas 40°C cette année-ci, ce sera probablement pour l'année prochaine ou l'année suivante. En tout cas, les tendances montrent qu'on va vers là", annonce déjà Xavier Fettweis.

En 2100, si rien ne change, les prévisions belges annoncent un climat méditerranéen, notamment dû au réchauffement progressif de la mer du Nord.

Vos commentaires