En ce moment
 

"Arrêtez de raconter des histoires": Emir Kir réagit, en direct sur Bel RTL, aux accusations du coprésident d'Ecolo

  • Patrick Dupriez (Ecolo) était l''invité de Pascal Vrebos

  • "Arrêtez de raconter des histoires": Emir Kir réagit, en direct sur Bel RTL, aux accusations du coprésident d''Ecolo

 
COMMUNALES 2018

Sur le plateau de l’Invité de Pascal Vrebos sur RTL-TVI puis dans le studio de Bel RTL, Patrick Dupriez, le coprésident d’Ecolo, a accusé Emir Kir, le bourgmestre de Saint-Josse, de faire pression et d’avoir proféré des menaces sur des candidats Ecolo pour qu’ils ne se présentent pas sur les listes pour les élections communales. "Ce qui se passe à Saint-Josse aujourd’hui, pendant cette campagne électorale, est scandaleux. Il y a des pressions sur des candidats, il y a des candidats écolo qui ont été convoqués chez le bourgmestre pour les dissuader. On a téléphoné à leurs parents, à leurs familles. Il y a une candidate à qui on a dit, tu vas faire perdre son emploi à ton mari, perdre un logement social", a d’abord déclaré le coprésident d’Ecolo sur le plateau de l’Invité sur RTL-TVI.

La discussion s’est poursuivie dans le studio de Bel RTL: "A un moment donné, il faut pouvoir porter plainte à partir des faits concrets, et nous l’envisageons sérieusement. La première chose que nous voulons faire, nous l’avons fait aujourd’hui, je pense que d’autres veulent le faire, en partie, c’est demander, clairement, au parti socialiste, de recarder Emir Kir, de recadrer les candidats socialistes pour que ça cesse".

Pascal Vrebos a appelé l’intéressé, Emir Kir, pour qu’il réagisse en direct: "Arrêtez de raconter des histoires, on est dans un Etat de droit. Vous connaissez aussi bien que moi le droit. Ce que je vous demande, c’est d’arrêter de vous poser en victime, arrêtez de raconter des histoires", a-t-il dit.

Pascal Vrebos lui rappelle que le coprésident d’Ecolo compte déposer plainte. "Qu’il aille déposer plainte. La personne dont il est question, parce qu’on a été raconter dans la presse que je l’aurais rencontrée, convoquée, je l’aurais interrogée pendant quatre heures et demie… arrêtez avec ces simagrées et ces bêtises. J’ai rencontré l’intéressée plus d’une heure en présence d’une personne tierce, qui est son ami, que je connais également. Point".

Vos commentaires