En ce moment
 
 

"Cela ressemble à une tentative de débauchage": Jean-Paul Wahl réagit à la note PS-Ecolo (vidéo)

Le cdH ne devrait pas s'exprimer avant le début de la semaine prochaine sur la note transmise vendredi soir par le PS et Ecolo à l'ensemble des parlementaires wallons et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Du côté du MR, le chef de groupe au Parlement de Wallonie Jean-Paul Wahl nous a fait part de ses impressions.

"La note est actuellement analysée en interne et nous nous exprimerons en début de semaine prochaine", assure-t-on du côté du parti humaniste. Du côté du MR, c'est Charles Michel qui devrait commenter la note reprenant les lignes directrices définies par le tandem PS-Ecolo, "deux formations qui ne disposent pas d'une majorité, ni en nombre d'électeurs ni en nombre de sièges" au Parlement wallon et au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, avaient rappelé vendredi soir les libéraux. Dans la foulée, le MR avait réitéré son appel "au sens des responsabilités en vue de mettre en place des gouvernements stables et solides pour relever les défis auxquels nous sommes confrontés".

Jean-Paul Wahl, chef de groupe au Parlement de Wallonie (MR), est le seul à s'être exprimé ce matin. Une de nos équipes l'a joint par téléphone. "Cela ressemble tout de même à une forme de tentative de débauchage individuelle des parlementaires et cette méthode ne nous semble pas permettre d'arriver à ce qui est nécessaire pour la Wallonie, pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, c'est-à-dire une majorité stable avec un gouvernement stable."

Les parlementaires wallons et de la FWB ont jusqu'à mardi après-midi pour prendre position sur la note et faire savoir s'ils seraient disposés à soutenir la formation d'un gouvernement qui se réaliserait sur ces bases.


Pour rappel

Ce vendredi, peu après 18h, Ecolo et PS ont transmis un communiqué de presse conjoint. "Ecologistes et socialistes ont élaboré les lignes directrices des deux Déclarations de Politique Gouvernementale et Sociétale, l'une pour la Wallonie et l'autre pour la Fédération Wallonie-Bruxelles. Au cœur de leur démarche, répondre au double défi de ce siècle : l’urgence écologique et l’urgence sociale", indique d'abord le communiqué.

Les deux documents ont été transmis aux 75 députés de Wallonie et aux 94 députés de la Fédération Wallonie-Bruxelles (parmi ces 94 parlementaires, il y a les 75 députés du Parlement wallon qui sont automatiquement repris à la Fédération). "Ceux-ci sont invités à faire connaître d'ici mardi 9 juillet après-midi s'ils sont disposés à soutenir la formation d’un Gouvernement qui se réaliserait sur ces bases", annoncent socialistes et écologistes.

Dans leur communication conjointe, les deux partis évoquent un "virage", une "réoxygénation de notre démocratie". Le but affiché? Développer, tout au long de la législature, une "série de processus participatifs associant société civile, corps intermédiaires et citoyens".

Reste à savoir comment, concrètement, les deux partis comptent mettre en place ce système...


Un nouveau programme pour succéder au plan Marshall

En matière d'environnement, les deux partenaires s'avancent sur un objectif: une réduction des gaz à effet de serre de 55 % d’ici 2030. Avec la mise en place d'une "Inspection Climat et développement durable".

Le duo compte tourner la page du plan Marshall, le grand programme lancé en 2005 par les anciens gouvernements menés par les socialistes. Le plan Marshall était censé relancer la Wallonie vers la prospérité. Mais son bilan est bien décrié. À titre d'exemple: le taux de chômage wallon des 15-64 ans était de 10,5% en 2007. En 2018, durant la brève coalition MR-cdH à la région, il était encore de 8,5%. Tout cela alors qu'au nord du pays, la Flandre a atteint le plein emploi.

Cette fois, PS et Ecolo veulent mettre en place un "plan de transition sociale et écologique". Il s'articulerait autour de trois volets:

  • transition écologique,
  • transition des savoirs et des savoir-faire,
  • transition économique et industrielle.

Niveau promesses, le communiqué présente les habituelles annonces prônant le soutien aux entreprises, aux PME et le souhait de créer "des milliers d'emploi de qualité". Plus concrètement, PS et Ecolo entendent "entend isoler 250 000 logements durant la prochaine législature, développer les énergies renouvelables en vue d’atteindre 100 % d’ici 2050 et déployer une transition alimentaire permettant d’atteindre 30 % des surfaces en bio et 30 % agro-écologique d’ici 2030".

Dans leur document transmis aux rédactions, les partenaires disent aussi vouloir créer "des gigahubs destinés à former les jeunes Wallonnes et les jeunes Wallons. Il investira dans les métiers porteurs et les métiers d’avenir". Avec une attention particulière pour les métiers en pénurie.

Lutte contre la pauvreté et santé figurent bien entendu aussi au programme. Mais sans chiffres précis annoncés pour le moment. La bonne gouvernance est également évoquée dans un paragraphe du communiqué.


Mobilité: fini les nouvelles infrastructures routières

Concernant la mobilité, en lien direct avec la transition écologique, PS et Ecolo disent vouloir "investir massivement dans les transports en commun et dans la mobilité active et partagée, tandis que la construction de nouvelles infrastructures routières sera interdite".

"Une stratégie d’aménagement du territoire sera concrétisée pour mettre fin à l’étalement urbain. Des engagements concrets sont également pris pour préserver et restaurer la biodiversité, à travers par exemple la création de 1000 ha / an de nouvelles réserves naturelles, la plantation massive de haies et d’arbres, la reconnaissance de zones Natura 2000 et la programmation de la sortie des pesticides", indique le communiqué.


Fédération Wallonie-Bruxelles

Le programme pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, anciennement appelée la Communauté française, fait l'objet de la dernière partie du communiqué. PS et Ecolo disent avoir "entendu le message des jeunes pour le climat et entendent mobiliser le levier éducatif et culturel pour assurer une transition écologique et sociale".

Le duo dit vouloir lutter contre la pauvreté infantile avec plusieurs mesures:

  • extension des repas gratuits,
  • droits d'inscription réduits et gel du minerval pour l'enseignement supérieur,
  • plus de places d'accueil pour les jeunes enfants et des tarifs liés aux revenus des parents,
  • inclusion des enfants porteurs de handicap.

"Ce souci du bien-être et d’émancipation des enfants se traduira aussi dans la poursuite de la réforme de l’école. Il s’agira d’abord d’améliorer la transition entre la crèche et l’école maternelles par des mesures comme la réduction du nombre d’enfants en classes d’accueil et des projets pilotes sur le continuum entre le préscolaire et le scolaire (0 à 6 ans). Il s’agira ensuite de mettre en place le tronc commun prévu par le Pacte pour un enseignement d’excellence pour permettre à chaque enfant de s’essayer à différentes pratiques", précisent les partenaires.

Socialistes et écologistes évoquent aussi la culture. "L’émancipation de toutes et tous passe aussi par la culture. Le prochain Gouvernement veut renforcer les droits culturels de tous les habitants de la Fédération Wallonie-Bruxelles et l’accès à la culture dès la petite enfance", disent-ils. Le duo affirme vouloir mettre en oeuvre un parcours d'éducation culturelle et artistique et rendre plus accessible les lieux culturels "tant physiquement que géographiquement et financièrement". "Les artistes et les créateurs doivent bénéficier de conditions de vie dignes et de moyens suffisants", ajoute encore le communiqué.

L'éducation à la démocratie, aux médias et à la démocratie est le thème du dernier paragraphe du communiqué de presse.

Vos commentaires