En ce moment
 
 

"Il n'est nullement question de laisser tomber le dossier prosumer"

(Belga) "Il n'est nullement question de laisser tomber le dossier de la tarification prosumer qui constitue un point essentiel de la confiance nécessaire à une transition énergétique réussie", affirme-t-on lundi soir au cabinet du ministre wallon de l'Energie, Jean-Luc Crucke.

Si on y confirme que le Conseil d'Etat a effectivement refusé de traiter la question en urgence, comme l'avait demandé le gouvernement régional, on assure que "plusieurs solutions restent sur la table" et qu'elles "permettraient de faire aboutir le dossier dans les temps", soit avant le scrutin du 26 mai. "La perte de la majorité en Région wallonne nous oblige à revoir le calendrier des travaux parlementaires mais nous mettons tout en œuvre pour faire passer nos dossiers, en ce compris la tarification prosumer", ajoute le cabinet en rappelant que le ministre Crucke "continue à s'opposer à une augmentation tarifaire au détriment du consommateur lambda". "On nous inonde d'impératifs climatiques et lorsqu'une mesure de soutien à la production d'énergie renouvelable est prise, on la questionne systématiquement", y regrette-t-on encore. Le texte, qui a déjà fait couler beaucoup d'encre, prévoit d'exonérer du "tarif prosumer" les ménages - près de 150.000 jusqu'à présent - qui auront installé d'ici le 1er juillet prochain des panneaux photovoltaïques agréés sur leur toit. Pour rappel, la CWaPE - le régulateur du secteur énergétique en Wallonie - avait autorisé en juillet 2017 les gestionnaires de réseau (GRD) à appliquer une tarification spécifique pour les propriétaires de panneaux photovoltaïques. Dès le 1er janvier 2020, ces derniers devront payer des frais de réseau sur tous les kilowattheures qu'ils prélèvent réellement. (Belga)

Vos commentaires