En ce moment
 
 

"Jambon n'avait pas de mandat du gouvernement flamand au Comité de concertation"

 
 

(Belga) "Nous, à la N-VA, nous étions contre une fermeture de l'horeca, mais comme il n'y avait pas de consensus au sein du gouvernement flamand, le ministre-président Jan Jambon n'avait pas de mandat à ce sujet au Comité de concertation", a expliqué dimanche le ministre flamand Ben Weyts (N-VA) au micro de VTM Nieuws. Il réfute cependant l'idée que la question de la fermeture ou non des cafés et restaurants, qui entrera finalement en application lundi, crée des tensions au sein de l'exécutif flamand.

La critique du vice-ministre-président flamand s'ajoute à celle de Bart De Wever, président de la N-VA, qui affirme que selon lui, tous les restaurants de sa ville d'Anvers suivaient bien les règles. Jan Jambon, ministre-président N-VA de la Flandre, avait pourtant défendu, à l'issue du Comité de concertation vendredi, la décision prise par le fédéral et les entités fédérées, pour tout le pays. Tout en parlant d'une décision "terrible", il ajoutait: "elle n'a rien à voir avec un non-respect des règles par les cafés et restaurants. La raison pour laquelle nous avons pris cette décision est que 10% de la population porte cette contamination, et que l'horeca est l'environnement par excellence où les personnes se rapprochent et où donc le risque de transmettre le virus est grand". Ben Weyts indique quant à lui dimanche ne pas comprendre qu'il n'y ait pas d'abord eu de concertation avec les secteurs concernés, du moins côté flamand, et il observe qu'il y a des différences dans les chiffres de contamination entre la Flandre et la partie francophone du pays. (Belga)




 

Vos commentaires