En ce moment
 

"L'environnement complexe" a pu jouer un rôle dans le déraillement du train à Louvain

(Belga) Le train qui a déraillé le 18 février 2017 près de Louvain roulait à une vitesse non adaptée, et trop élevée, a conclu l'Organisme d'enquête sur les accidents et incidents ferroviaires. Il estime cependant que "l'environnement complexe" du lieu de l'accident a pu jouer un rôle. D'autres "situations dangereuses" s'y sont déjà produites.

L'accident de train, qui a fait un mort et 27 blessés, s'est produit le samedi 18 février 2017, vers 13h15. Le train qui circulait en direction La Panne a déraillé quelques centaines de mètres après avoir quitté la gare de Louvain. L'une des automotrices a basculé et s'est retrouvée sur le flanc. Le convoi a négocié un aiguillage à 100km/h, alors que la vitesse autorisée était de 40. L'Organisme d'enquête sur les accidents et incidents ferroviaires voit un facteur direct et différents facteurs indirects pour expliquer ce déraillement. La cause directe est une vitesse trop élevée. Premier facteur indirect soulevé par l'organisme: "le traitement incorrect des informations (commandes) données par la signalisation concernant les limitations de vitesse à respecter, ayant permis une représentation mentale erronée". Autrement dit, "le jour de l'accident, une combinaison de différents facteurs a occasionné chez le conducteur une représentation mentale erronée, qui s'est maintenue par la suite". Le rapport cite entre autres un environnement complexe sans marques d'identification claires. L'Organisme note également l'hypothèse d'un deuxième facteur indirect: "le conducteur - malgré les informations fournies - ne parvient pas à corriger la représentation mentale erronée" en raison justement de cet environnement complexe. Le troisième facteur avancé est l'absence d'un système de récupération efficace. L'Organisme énumère encore différents facteurs liés au système, confirmant l'hypothèse d'un environnement complexe. "La configuration des voies et des signaux dans un environnement complexe - à laquelle sont souvent confrontés les conducteurs de train quittant la gare de Louvain au départ de la voie 7 - rend difficile le décodage intuitif des informations fournies par les signaux présents", appuie le rapport. "Par le passé, cela a contribué à une représentation mentale erronée chez plusieurs conducteurs à Louvain et à mener à des situations dangereuses présentant des analogies avec l'accident étudié." Le but de l'Organisme est d'enquêter sur les accidents graves sur le rail afin de voir comment améliorer la sécurité. Il ne s'agit pas de désigner les fautifs, cela sera du ressort du tribunal de police de Louvain. (Belga)

Vos commentaires