En ce moment
 
 

"La dernière chance": le président de l'Open VLD envoie un message fort aux partis du gouvernement pour éviter la fin de la Belgique

 
 

Le président de l'Open VLD, Egbert Lachaert, était invité sur le plateau de l'émission C'est pas tous les jours dimanche. Le libéral néerlandophone a envoyé un message aux autres partis du gouvernement afin de "montrer que la Belgique est toujours gérable".

Le président de l’Open VLD, Egbert Lachaert, était invité sur le plateau de l’émission C’est pas tous les jours dimanche.

Le libéral flamand a été questionné sur l’entente des partis de la majorité qui est loin d’être parfaite. Les partenaires se tirant régulièrement dans les pattes.

Egbert Lachaert, lui-même, a envoyé une pique au PS il y a quelques jours dans La Libre en déclarant : "Par le passé, le PS respectait les accords. Aujourd’hui, je n’en suis plus sûr."

Malgré les querelles internes, « la Vivaldi (le gouvernement en place, NDLR) doit vraiment tenir jusqu’au bout", plaide le président. Pour lui, le gouvernement en place est "la dernière chance pour faire encore marcher ce pays."

On a le devoir de montrer que ce pays peut encore être gérable

"Il faut être clair. En Flandres, il y a d’autres partis avec des autres idées sur le pays. Il y a la NVA, le Vlaams Belang, qui sont des partis séparatistes et qui veulent montrer que la Belgique ne marche pas. On a vraiment le devoir, avec les partis de la Vivaldi, de montrer que ce pays peut encore être gérable et si on ne le montre pas, on aura un problème."

Le problème en question pourrait être la fin de la Belgique, sans exagération. "Il n’y aura plus de solution [si le gouvernement se sépare]. Il faut savoir qu’en Flandres, il y a la possibilité d’avoir un scénario catalan où la moitié de la population vote pour des partis extrémistes séparatistes et le reste pour des partis démocrates. Ça serait vraiment le drame pour notre pays : le paysage politique serait bloqué à nouveau pendant des années, sans solution pour les gens et leurs problèmes quotidiens", averti Egbert Lachaert


 

Vos commentaires