En ce moment
 

"Typiquement une fausse bonne idée": l'avis de Bernard Clerfayt sur la gratuité des transports en commun à Bruxelles

Bernard Clerfayt (DéFI, anciennement le FDF), bourgmestre de Schaerbeek et tête de liste au Parlement bruxellois, était l'invité de Pascal Vrebos sur RTL-TVI ce dimanche. Il a notamment été interrogé sur une proposition politique: la gratuité des transports en commun à Bruxelles.

Pascal Vrebos: Votre note sur la gratuité des transports en commun?

Bernard Clerfayt: Je mets la note de 3 sur 10. C'est typiquement une fausse bonne idée. Aujourd'hui, les gens qui prennent les transports en commun, ce qu'ils veulent d'abord, c'est plus de fréquence, une place assise, plus de voitures de tram ou de bus aux heures de pointe quand ils attendent, et ça avant la gratuité. J'aimerais bien promettre la gratuité de tout, mais la priorité des priorités, c'est qu'il y ait un meilleur confort et une meilleure fréquence et des heures de service élargies.

Pascal Vrebos: Donc, il n'y a pas assez de bus, de trams et de métros?

Bernard Clerfayt: Aux heures de pointe, il y a un vrai besoin. L'argent rare que nous avons, il faut le mettre d'abord là. Il faut que les gens puissent être mieux transportés, avant d'être transportés gratuitement.

Pascal Vrebos: Et là, vous n'avez pas eu la possibilité de le faire? (DéFI est membre du gouvernement bruxellois depuis 2014).

Bernard Clerfayt: Si si, on développe sans cesse le tram et le métro. Mais le boom démographique qu'on connaît à Bruxelles fait qu'on doit constamment investir plus. Vous remarquerez qu'au matin il y a à la fois des embouteillages pour les voitures, et des trains et des trams bondés. Nous proposons d'oser changer le système et de mettre une taxation kilométrique intelligente. Ça permettrait de réduire les embouteillages et ceux qui sont amenés à contribuer un petit peu pourront rouler sans embouteillages. Et la recette récoltée permettra d'avoir plus de trams et plus de bus. C'est la seule solution forte à ce problème.

Vos commentaires