En ce moment
 

Des poids lourds du MR appellent à une REFÉDÉRALISATION de plusieurs compétences: dans quel but ?

Des poids lourds du MR appellent à une REFÉDÉRALISATION de plusieurs compétences: dans quel but ?

Va-t-on bientôt refédéraliser les politiques de mobilité, de santé, d'énergie et de climat ? C'est le souhait des jeunes MR, soutenus par plusieurs personnalités, dont deux ministres fédéraux.

Des poids lourds du MR veulent refédéraliser les compétences liées à la santé, l'énergie, le climat et le commerce. Ils en font part dans une lettre ouverte publiée dans La Libre Belgique et La Dernière Heure vendredi. La missive fait écho aux récents propos dans la même veine du président de l'Open VLD, Alexander De Croo. "Un tabou est donc enfin tombé", l'idée d'une refédéralisation "rencontre de plus en plus d'adeptes", affirment ces libéraux francophones.

A l'initiative des Jeunes MR, plusieurs responsables libéraux de premier plan lancent un appel pour "remonter au niveau de l'Etat fédéral des compétences qui, dans le passé, ont été transférées aux entités fédérées", comme la Mobilité, l'Energie, le Commerce extérieur, la Santé.


Dans quel but ?

"Il peut y avoir deux buts. D'abord, faire parler de soi, c'est toujours bien en politique. Cela peut aussi servir à allumer des contrefeux: des partis plaident pour des avancées régionales, donc vous pouvez, vous-même, dire que vous êtes pour la refédéralisation de certaines compétences. C'est un jeu classique", a analysé Pascal Delwit, politologue à l'ULB.

"Il y a un petit message envers la N-VA, mais surtout envers l'électorat francophone, pour leur dire 'On ne suit pas toujours la N-VA' au MR".


"La volonté n'est pas de ressusciter la 'Belgique de papa'"

Parmi les signataires de la lettre figurent deux ministres fédéraux, Sophie Wilmès et François Bellot, la présidente du Sénat, Christine Defraigne, et plusieurs députés. "L'idée d'un Etat fédéral capable d'endosser un rôle de juge dans la concertation entre les différents niveaux de pouvoir pourrait mettre de l'huile dans les rouages grinçants du processus décisionnel belge", stipule le document.

"La volonté n'est pas de ressusciter la 'Belgique de papa' qui n'a plus de sens dans le contexte politique contemporain' mais le fédéralisme belge doit reposer sur un principe simple: l'efficacité", poursuivent les libéraux francophones. "Si nous ne modernisons pas notre Etat, si nous ne fluidifions pas notre manière de prendre des décisions politiques, les citoyens se tourneront à un moment donné vers ceux qui promettent en permanence l'efficacité souvent à grand renfort d'autoritarisme et de 'yaka' ( de l'expression 'il n'y a qu'à', ndlr)", concluent-ils.

Vos commentaires