En ce moment
 
 

90 secondes pour comprendre: la concertation sociale en Belgique

90 secondes pour comprendre: la concertation sociale en Belgique
 
 

On dit d'elle qu'elle est un modèle du genre. Elle est notamment possible grâce au fameux groupe des 10 : des personnes dont dépend la paix sociale dans notre pays.

Ce lundi est une nouvelle journée de tensions sociales, sur le rail et en Province de Liège. C'est donc l'occasion de se pencher sur comment fonctionne la concertation sociale en Belgique.

La définition officielle est interminable et incompréhensible, on dira donc que c’est l’ensemble des relations qui existent entre les syndicats et le patronat. Avec comme objectif : dégager des accords, souvent des compromis pour tenter de satisfaire tout le monde.

Ces accords concernant tout ce qui concerne le monde du travail : les salaires, le statut commun pour les ouvriers et les employés, le temps de travail, les conditions, etc. On appelle ça les accords interprofessionnels. Ils se négocient au niveau fédéral, tous les deux ans, par le groupe des 10.

Qui composent ce groupe des 10 ?


11 personnes ebn réalité, mais on dit qu’ils sont 10 parce que le président du groupe dirige mais n’intervient pas dans la négociation. Autour de la table se retrouvent 5 représentants syndicaux et 5 représentants du patronat.

Côté syndicat, il y a les secrétaires fédéraux et présidents des syndicats socialistes et chrétiens, ainsi que le président du syndicat libéral. Côté patronat interviennant l’administrateur délégué et le directeur général de la Fédération Belges des entreprises, l’administrateur délégué de l’Unizo – pour les classes moyennes flamandes, le président de l’UCM, pour les classes moyennes francophones et enfin, le président du Boerenbond, représentant des agriculteurs flamands. Au total, ça représente 3 francophones pour 7 néerlandophones.

On a l’impression aujourd’hui que ce groupe est de plus en plus présent. C’est aussi le lieu où ces partenaires sociaux peuvent discuter avec le gouvernement, notammlent du budget. Ces accords ficelés, ils déterminent les discussions à tous les autres niveaux, régional, par secteur ou au sein de chaque entreprise.


 




 

Vos commentaires