Accueil des sans-abri à Bruxelles - Bruxelles se prépare à réorganiser l'aide d'urgence et la réinsertion des sans-abri

(Belga) A la veille du débat et du vote en séance plénière des recommandations de la commission d'enquête, la parlement bruxellois entamera mercredi en commission des Affaires sociales l'examen du projet d'ordonnance visant à mieux encadrer l'aide aux sans-abri.

Sous réserve de son adoption d'ici quelques semaines, le texte concrétisera l'engagement à créer un "NewSamusocial", une association qui passe dans le giron public, en reprenant les missions de l'ancienne asbl Samusocial venant en aide aux personnes en demande d'un hébergement. Elaboré à l'initiative des ministres Céline Fremault (cdH) et Pascal Smet (sp.a), le texte prévoit en parallèle de confier la coordination de tous les dispositifs d'aide à une autre structure publique, l'asbl "Bruss'Help". Celle-ci sera également chargée d'orienter les sans-abri vers les différents services. Elle analysera les causes de ce phénomène en recrudescence à Bruxelles afin de mieux le prévenir. Le Newsamusocial comme Bruss'Help seront soumis à un contrat de gestion et devront rendre compte de leurs activités, recettes et dépenses. Les autres services actifs sur le terrain seront reconnus, via un agrément leur ouvrant l'accès à des moyens financiers publics. Cela concerne ceux qui existent de longue date, comme les nouveaux dispositifs d'aide (Housing First, les centres de jour, ...). A côté de la carotte des subventions, il y aura aussi le bâton, sous forme de sanctions pour tout qui essaiera d'organiser des activités non reconnues par un agrément. Au-delà de l'accueil d'urgence, en particulier en hiver, la future ordonnance aura pour objectif l'accompagnement vers le logement durable et l'insertion sociale dans une ville qui connaît une situation économique, démographique et migratoire particulière. Pour renforcer l'efficacité de l'accompagnement des sans-abri à travers les différents dispositifs d'aide, la future ordonnance encadrera l'établissement d'un dossier social pour chaque personne sans hébergement afin de faciliter également la récolte d'informations. De plus, la récolte d'informations ne se fera pas à n'importe quelle condition. Une série de balises sont prévues pour protéger le droit à la vie privée des personnes qui auront communiqué leurs données et qui seront informées de l'usage qui en aura été fait. L'accès à ces informations sera strictement limité aux acteurs sociaux agissant dans l'intérêt de la personne, eux-mêmes tenus au secret professionnel. La personne bénéficiant d'un hébergement d'urgence pourra rester anonyme, si elle le souhaite. (Belga)

Vos commentaires