En ce moment
 
 

Affrontement sur le bilan budgétaire du gouvernement: "Malgouvernance" pour les Verts, "Coup de com'" pour la ministre MR

Affrontement sur le bilan budgétaire du gouvernement:
ELECTIONS 2019

On l'a vu sur la loi climat ce matin, on le voit sur le bilan budgétaire du gouvernement de Charles Michel cet après-midi, la campagne électorale est actuellement marquée par un affrontement entre MR et Ecolo. Est-ce parce que les deux partis visent une partie de l'électorat qui pourrait aussi bien voter bleu que vert ? Nous ne participons pas aux bureaux politiques où sont fixées les stratégies mais c'est une hypothèse plausible. Alors que ce matin, les deux formations s'accusaient mutuellement de l'échec de la loi climat, celles-ci s'opposaient quelques heures plus tard sur le bilan budgétaire de l'exécutif de Charles Michel à l'occasion de la sortie d'un rapport annuel (voir un résumé) du Conseil supérieur des finances (CSF), composé d'"experts de haut niveau".

Les mesures phares de la suédoise, notamment le Tax Shift et la réforme de l'Isoc (Impôt des sociétés), n'ont pas été correctement financées

La lecture de l'avis du CSF variait avec la couleur politique. À 9h30, Ecolo publiait un communiqué intitulé "La malgouvernance du gouvernement Michel"  dans lequel il pointait du doigt une "ardoise budgétaire de 8,5 milliards d'euros", preuve de l'échec des quatre dernières années d'activité du gouvernement. Un bilan d'autant "plus choquant que l'actuelle majorité n'est pas avare de leçons de soi-disant bonne gestion, notamment à l'égard des écologistes", remarquait Georges Gilkinet, chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre.

Pour Ecolo, la cause de cette "ardoise" réside dans des recettes "systématiquement surévaluées", notamment en matière de lutte contre la fraude fiscale et de contribution du capital. Par ailleurs, "les mesures phares de la suédoise (nom familier donné au gouvernement MR-NVA-OpenVld-CD&V), notamment le Tax Shift et la réforme de l'Isoc (Impôt des sociétés), n'ont pas été correctement financées, générant des déficits structurels. Et les recettes économiques du Gouvernement MR-NVA, au-delà d'être très coûteuses, ont été trop peu efficaces, car insuffisamment ciblées", pensent les Verts.


Ministre du Budget: le déficit structurel est passé de -2,7% à -0,8%

Appelé à réagir, le gouvernement en affaires courantes s'est exprimé par la voix de la ministre MR du Budget, Sophie Wilmès: "Ils (NDLR: Les Verts, donc) utilisent des projections à politique inchangée – sans aucune action d’un futur gouvernement, donc - qui courent jusqu’en 2022 pour en tirer des conclusions sur le bilan 2015-2018 du gouvernement actuel", répond-elle. Sur le risque de dégradation dans les années à venir, suite à des circonstances extérieures comme le Brexit ou le coût des pensions, le gouvernement indique qu'il n'a pas pu agir sur le budget 2019 suite au départ de la N-VA. Au 8,5 milliards d'euros, la ministre oppose un déficit structurel actuel de -0,8% contre -2,7% en 2014. Conclusion: "Il est évident que les Verts font de la com’" selon la ministre Wilmès.

Vos commentaires