En ce moment
 

Après moult palabres, la majorité wallonne approuve finalement l'accord avec le Panama

(Belga) Les critiques de l'opposition, furieuse de n'avoir pas reçu la note du gouvernement wallon reprenant les balises évoquées par le cdH, n'y auront rien changé: la majorité wallonne MR-cdH a approuvé, mercredi soir, le projet de décret portant assentiment à l'accord entre l'Union économique belgo-luxembourgeoise (UEBL), d'une part, et la République du Panama d'autre part.

"Cet accord pose un grand nombre de problèmes, qui ont été relayés par la société civile", avait souligné dans l'après-midi Anne Lambelin (PS). Elle avait notamment dénoncé la présence d'un mécanisme d'arbitrage privé ISDS qui permet aux grandes entreprises de contester une décision prise par les pouvoirs publics qui irait à l'encontre de leurs intérêts économiques. "Un mécanisme qui permet donc à ceux qui en ont les moyens d'espérer augmenter leurs profits au détriment de l'intérêt général", avait-elle encore regretté. "Non seulement ce texte ne respecte pas les balises fixées par le Parlement de Wallonie dans le cadre du débat sur le Ceta (l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, NDLR), mais il ne respecte même pas les engagements pris par la coalition MR-cdH dans sa propre résolution du 28 février 2018", avait renchéri Hélène Ryckmans (Ecolo). "En s'associant avec le MR, le cdH était déjà revenu sur sa propre position concernant le CETA, il y a deux ans. Et maintenant, tant MR que cdH reviennent sur leurs propres positions d'il y a à peine quatre mois", avait-elle poursuivi. L'opposition n'a toutefois pas été entendue, le cdH brandissant les balises qu'il a obtenues de la part du gouvernement wallon. Ce dernier a accepté, dans une nouvelle note, de préciser que le texte est évolutif et qu'il pourra être modernisé progressivement afin de tenir compte des évolutions de la société et du commerce international au fur et à mesure des négociations des futurs traités. "Je préfère que l'on fasse bouger les lignes plutôt que de les faire exploser", avait pour sa part résumé Jean-Paul Wahl, le chef de groupe MR au parlement wallon. (Belga)

Vos commentaires