En ce moment
 

Arrestation de sans-papiers chez Globe Aroma - Mobilisation en soutien à deux sans-papiers interpellés chez Globe Aroma

(Belga) Un rassemblement se tiendra ce dimanche au Parc Maximilien pour demander la libération de Mounir Tahri, un militant syndical de la CSC, et de l'artiste Jiyed, arrêtés le 9 février dernier lors d'une opération de police menée à l'asbl culturelle flamande Globe Aroma. Les deux hommes sont actuellement détenus au centre fermé 127 bis. L'action est coordonnée par la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés et la Plateforme de soutien aux sans-papiers.

Le 9 février dernier, 7 sans-papiers avaient été arrêtés à la suite d'une opération de police au sein de l'asbl Globe Aroma, un centre culturel qui travaille avec des artistes migrants. Depuis cette opération, deux personnes sont maintenues au centre fermé 127 bis. Il s'agit de Mounir Tahri, un militant syndical du Comité des travailleurs avec et sans-papiers de la CSC et de Jiyed, un artiste mauritanien. Lundi, les deux hommes ont comparu devant la chambre du conseil de Bruxelles qui a décidé de leur maintien en détention. Selon le ministre de l'Intérieur Jan Jambon, l'action policière avait été programmée dans le cadre du Plan Canal mis en place après les attentats de 2015 à Paris pour lutter contre le radicalisme et le terrorisme dans huit communes de Bruxelles, ainsi qu'à Vilvorde. L'opération de forces de l'ordre au cours de laquelle Mounir Tahri et Jiyed ont été arrêtés et qui est régulière selon la police, a suscité bon nombre de réactions de la part du monde culturel et syndical belge. Lundi, un rassemblement s'est ainsi tenu devant la Palais de Justice de Bruxelles afin de demander la libération des deux hommes qui comparaissaient devant la chambre du conseil. Le lendemain, un nouveau rassemblement s'est tenu au carrefour Arts-Loi. "Nous refusons l'instrumentalisation par le politique de l'appareil policier pour cibler le monde associatif et atteindre ainsi à la liberté de s'associer et de créer. La libération de Mounir et Jiyed est aujourd'hui notre revendication phare car rien ne justifie leur enfermement. Mais nous tenons également à rappeler que la solidarité de ceux qui hébergent des sans-papiers et des migrants en transit n'est pas un crime, et nous nous opposons au principe des perquisitions domiciliaires", indique Eva Maria Jimenez Lamas, responsable du Comité des Travailleurs avec et sans papiers de la CSC Bruxelles Une marche en faveur d'une politique d'asile plus humaine se tiendra également dimanche, à l'initiative de la Plateforme de soutien aux réfugiés, soutenue par une centaine d'organisations. Les manifestants marcheront depuis la Gare du Nord de Bruxelles jusqu'au Parc Maximilien. (Belga)

Vos commentaires